08/04/2009

3.3.2 Folklore religieux: le pèlerinage de Lendersdorf (Allemagne) à St-Hubert

PROCESSION de Lendersdorf à Saint-Hubert

 

appelée "PROCESSION DE COLOGNE" (Octave, 1973, 86)

 

C'est le dernier grand pèlerinage pédestre moyenâgeux qui subsiste encore dans tout l'Occident. A travers trois pays, l'Eifel allemand, l'Oesling luxembourgeois et l'Ardenne belge,  cette caravane de pèlerins allemands fait chaque année environ 300 km à pied en exécution d'un voeu antique formulé afin d'obtenir le cessation d'une épidémie de rage. La confrérie de Saint Hubert dans la région de Lendersdorf existerait de­puis 1518, c'est dire que la dévotion y est très vive et très répandue. Mais c'est en 1717 seulement, que l'Archevêque de Cologne donna  son assen­timent pour l'organisation de ces pèlerinages à Saint-Hubert. En 1720 eut lieu le premier pèlerinage, il comptait une trentaine de participants. (En 1970, il fêtait son 250e  anniversaire.) Plus tard, au moins une cen­taine. Avant 1914, le nombre de pèlerins se situait aux environs de 300; actuellement, il y a de nouveau une trentaine de participants.  Le pèlerinage fut interrompu pendant les deux guerres, ce qui se comprend. Il a repris officiellement vers 1927 et vers 1950.

 

Depuis 1720, cette procession n'a guère modifié son itinéraire; celui-ci emprunte toujours tradionnellement et fidèlement des tronçons de la voie romaine, parfois il s'égare dans des chemins campagnards, authentiques diverticules, ou rejoint au besoin une route moderne,   plus directe ou plus facile.

(p.86) Les pèlerins quittent Lendersdorf (près de Düren) le vendredi matin (lendemain de l'Ascension) et font des étapes d'une cinquantaine de kilomètres.

Le 1er jour: Lendersdorf- Kalterberg; le 2e jour: Kalterberg-Maldingen; le 3e jour: Maldingen-Bastogne (passant par Bourcy) ; le 4me jour: Bastogne-Saint Hubert où ils arrivent le lundi avant la Pentecôte dans l'après-midi. Ils logent à St Hubert et ils repartent le mardi. (1)        

                                

Depuis toujours, la halte du 3e jour à Bourcy, au début de l'après-midi, se fait au Café Collin, avant de repartir pour Bastogne par l'ancienne voie romaine. Le cortège est toujours procédé de la croix et de la bannière de Saint Hubert. Les pèlerins récitent de nombreux chapelets sous la direction de moniteurs portant le bâton de pélérine, avec l'insigne de saint Hubert.

Au lieu de la  charrette habituelle recouverte d'une bâche qui, jadis, suivait toujours les derniers pèlerins du cortège pour recueillir éven­tuellement les "éclopés", c'est un camion (ou un tracteur avec une charrette) qui, actuellement, fait of­fice de voiture-balai.

 

Si nous en croyons la légende, entre Thommen et Beslain, au pied d'un pic consacré à saint Hubert par des chasseurs qui y auraient bâti une chapelle, et qui porte le nom de  "Steinernmann", "homme de pierre", tous les hommes de la caravane gravissent la montagne et vont y déposer une pierre; souvenir peut-être plus ancien que celui du Saint.

En 1811, un pèlerin serait décédé à proximité de "La Chaire", lieu-dit, sur la route romaine entre Bourcy et Buret. Il y fut dressé une croix de pierre: on y lit l'inscription suivante:"Le 26 du mois de may 1811, est resté ici,  par mort subite, le nommé Henri Spien, faisant partie de la procession".

En 1960, le pèlerin le plus âgé (80 ans) était le préfet de la Confrérie de Saint Hubert, Monsieur Franz Kupperbinder. Celui-ci accompagna pour la première fois le pèlerinage en 1903.

A l'arrivée à St-Hubert, les pèlerins sont accueillis "Au vieux Bon Dieu" des Allemands  ". Depuis 1970, un bout de rue partant de cet endroit est baptisé « rue de Lendersdorf », et de même à Lendersdorf, il y a une rue de St Hubert. (1)

 

En réalité, il y a  deux processions allemandes: la plus ancienne date de 1703 et vient de Kerpen.  Autrefois,  elle  se faisait  également à pied, mais les pèlerins ont renoncé à ce mode de locomotion et viennent actuel­lement en car. (1)

Actuellement, la date de cette procession est avancée d'un jour. Elle passe à Bourcy le samedi, pour pénétrer à St Hubert le dimanche.

 

(1) Abbé Dessoy,  ancien doyen de St Hubert.

17:30 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.