09/04/2009

2.1.3 Tchèstê-cinse / château-ferme

2.1.3 Château-ferme / Tchèstê-cinse (Octave, 1988, 28)

 

Borcitchèstê

A l'écart du monde paysan, le "château", centre du village avec l'église, confère à celui-ci un certain passé historique.

Ce château au volume simple, sans rien de seigneurial, au badigeon de couleur claire, a certainement changé plusieurs fois d'aspect au cours des siècles.  Il devait répondre aux besoins de chaque nouveau propriétaire.

On doit cependant se contenter d'hypothèses fondées sur de maigres indices.  Certains spécialistes croient pouvoir affirmer que la famille "de Bourcy" occupait déjà le château au Xle siècle. Elle était alliée avec les familles nobles de la région : DE BONDORF, DE GRUMELSCHEID, etc.

Martin de STEINBACH, seigneur foncier de Rouvroy, Limerlé et Steinbach, se rendit acquéreur de la seigneurerie de Bourcy au 17e siècle.  Par héritage, elle passa au seigneur J.F. de BEURTHE, époux de Claude-Anne de STEINBACH. Ceux-ci décédés sans enfant, les biens revinrent à la famille de STEINBACH jusqu'à la Révolution française.

Ce fut alors la grande crise économique, comme il en accompagne toute révolution. Les familles nobles devinrent vite désargentées . Le château fut vendu à un ancien Dragon français resté au pays. Il épousa en 1ères noces une petite-fille de STEINBACH et, en 2ème noces M. TH. d'Arlon, famille bourgeoise de Bastogne.  S'il n'apporta pas la noblesse, il apporta l'argent et, c'est ce qui manquait à la noblesse en déclin.

Après le décès de sa veuve en 1864, les héritiers MAQUART vendirent le château au docteur en médecine Jules DELHEID de Liège, qui garda le domaine de 1883 à 1891.

La propriété fut vendue à Honoré LAMBIN de Sûre, qui y établit son fils Alfred LAMBIN époux de Anna HERMAN de Winville Au décès de la veuve LAMBIN en 1948, ce fut le morcellement du domaine entre les 9 enfants.

Monsieur LAMBIN était grand amateur de chevaux et en faisait l'élevage.  Les dépendances de droite du bâtiment quadrilatère servaient d'écuries pour les chevaux. Elles furent détruites à l'offensive von Runstedt.

Divers fermiers se sont succédés dans les dépendancs : les familles PEETERS, HENROTTE, GOBERT, GUILLAUME, MATHIEU, avant de devenir propriété de la famille VOLVERT-ROSIERE et GLESNER-VOLVERT.

Tout dernièrement, le château fut vendu par son propriétaire Guy SCHAAK, fils de Edith LAMBIN.

3Borcitchèstê5

14:30 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.