09/04/2009

3.1.1.9 Histware / histoire: 40-45: décembre - janvier 44-45

18Borcidécimbe1944

TEMOIGNAGES

 

1 Koskimaki George E., in: The Battered Bastards of Bastogne, 1994

 

(p.456-459)

JANUARY 15 1945

Things were fairly quiet during that day and a half of waiting, but we knew that the attack on Bourcy was imminent. We did receive a number of presents from the enemy, both incoming artillery shells and some screaming meemies, the whistling mortar shells that were supposed to frighten the people in the target area. Unfortunately, the radio operator of ‘F" Company was wounded in one arm. I still remember Cpl. Walter Zagol, a lively fellow from Chicago, making his way back to the rear, holding up his bleeding arm and calling out with a big smile: 'At last, I got it! A million dollar wound!' This was the comic pose of the guy who got hit; a wound that took him to the hospital, but which was not very serious. Zagol was a good young fellow and he rejoined us after a few weeks.196

 

JANUARY 16 1945

In the 502nd sector (right flank), the 2nd Battalion had moved into position in thé northeast section of the Bois Jacques about midnight on the 14th and at 0830 on the 15th passed through 3rd Battalion. Now on the 16th, 2nd Battalion would lead the drive into Bourcy.

With the capture of Captain Earl Hendricks and a fellow officer, along with 47 members of a platoon on January 3 in an enemy tank attack on Longchamps, command had gone over to Captain Raymond "Whispering" Smith who had lost his radio operator, Cpl. Walter Zagol, who had picked up his "million dollar wound". Needing a replacement, Smith had selected Pvt. Alden Todd to fill the void. Todd had no working knowledge of the SCR-300 radio or communication procedures. He did realize the radio was heavy when carried around on the back (42 pounds) with an antenna which projected nine feet above the set. Radio operators were often targets of enemy snipers. Another soldier had given Todd ten minutes of operating instructions. Todd relates that first experience:

After the elementary instructions, I was on my own. My job was to transmit thé orders and queries between Captain Smith and the battalion command post and to receive the replies. We were supposed to use code words for the units and the commanders to keep the enemy from understanding our messages.197 But in fact, I used only a few of those codes - very few. I really was not fully trained.

The attack on Bourcy was scheduled to jump off at 0830. It was being preceded by a thunderous artillery barrage. Captain Smith was supposed to move

 

-----------------------

196 From a paper: Memories of my first visit to Bourcy – January 1945, by Alden Todd, November 1986.

197Code names were assigned to all regiments. The 502nd was "Kickoff while the 1st, 2nd and 3rd Battalions were "Red", "White" and "Blue" respectively. In the above case, "F" Company was "Fox".

 

 

(p.457) his troops forward at 0830 and he was becoming extremely nervous wondering if the barrage would let up so the shells wouldn't land on his advancing troops. Pvt. Alden Todd continues his story:

Suddenly he shouted at me in that thunderous tone of voice for which he was well known: Todd! Tell them to lift the artillery. Stop the artillery!1

Obediently, I called into the radio mouthpiece: 'Captain Smith says to lift the artillery!' A second later, thinking that perhaps the word 'lift' had not carried clearly by radio, I repeated the message, using every useful word that came to my mind: 'Stop the barrage - Do not fire any longer!'

Eight-thirty - a whistle sounded, the signal for the attack. Suddenly, the thundering shells stopped falling. Silence.

With some apprehension, not having any idea of what might happen, we crossed the ridge, every man now being an excellent target for the enemy in Bourcy, if he wanted to take aim at us. We moved forward in a strange silence, sinking deep into the snow, moving downhill toward the village. Then Captain Smith and his neophyte radio operator found a track in the snow made by a German Tiger tank that had gone up our hill a couple days earlier and then back toward Bourcy. The Tiger, with its great weight, had flattened the snow so as to form two perfect walkways, each one about two feet wide. Smith, being the commanding officer, took the left-hand path to make it easier to cross this enemy terrain. The radio operator, who, of course, had to stay near the captain, took the right-hand track. Then several other men in the company, seeing how easily we got out of the deep snow, fell in line behind us in the two Tiger tracks - and then the captain saw them.

'Get out of those tracks!' he shouted in his angry 'whisper'. 'You are a perfect target!' Of course, he was right. The other men, somewhat annoyed, spread out to the right and left in the snow, moving forward with difficulty, one heavy step following the other. Fortunately, there was not a single rifle or machine gun shot from the direction of Bourcy - at least, not so far.198

 

PFC. Robert T. Harrison was in on the same action as a member of the 3rd Battalion Headquarters Company. He remembers it was a real struggle through the snow. It was tough on the "ole man" of his unit. Harrison describes the action:

After we were relieved, we went on the offensive and moved up the highway. Bastogne was on our right and before we were to kick off, Captain Frank Lillyman asked me to cover a machine gun in a tank but I wasn't too happy to get in that thing so Chuck Clites took it. They were short a gunner. We had a man in our outfit, one of the first to go through jump school. His name was Nick Vignovich. He was much older than most of us. We called

 

198Todd, op. cit.

 

(p.458) him 'the ole man' or 'Dad'. I think he was about 32 years old. We had to cross a field one at a time. It was open and the snow was pretty deep. When my turn came, I got out in the middle of the field. Nick was lying there and couldn't go anymore so I got him up, took his equipment and got him over and under cover just in time for we were on the receiving end of another artillery barrage.

T/5 Richard J. Kazinski was a member of a bazooka team with 2nd Battalion Headquarters Company of the 502nd Regiment. He was in on the attack toward Bourcy and remembered some large enemy tanks facing his position and being told by a tanker to forget about making an attempt to stop one of them with his bazooka. Kazinski wrote:

 

One morning I remember, we were to attack a town in a valley. As we approached the top of the hill, we saw five Tiger Royals waiting for us. Our Sherman tanks were no match for them. Our tank shells bounced off the Royals like ping-pong balls. It was quite a show when the Air Corps came in to take care of them. We had front row seats for the performance.

I remember the tanker who gave me a pair of gloves and a word of advice - Take your bazooka and get your ass the hell away from that tank,1 for he knew that neither he nor I stood a chance against the Tiger Royal.

(p.459)

Out of small arms range, one of the Division Artillery Piper Cub L-4 planes was observing the battles for Bourcy and Rachamps, looking for enemy tanks and hidden artillery positions. The pilot, 1Lt. George Schoeneck and his aerial observer were shot down when their plane ran into the path of a friendly artillery shell reportedly fired by one of the units moving down from the north to close the gap. The explosion blew the small plane and its occupants from the sky.

When the troops arrived in Bourcy, they found the enemy was gone. The few civilians who peeked furtively from the doorways informed the paratroopers that the enemy left the night before. The enemy artillery fire had been directed at the advancing troops from beyond the confines of the small village.

 

2 In : Des civils témoignent, Bastogne, Hiver 44-45, s.d.

 

LîveDesCivilstémoignent

(p.81-94) CHAPITRE 3

MICHAMPS, HORRITINE, OUBOURCY, ARLONCOURT, BOURCY

 

Les événements à Michamps , Horritine et Oubourcy

Cadre tactique

- La nuit du 18 au 19 décembre, la 2e Panzer Division (2PzD) pro­gresse sur l'axe Longvilly (carrefour est), Bourcy, Noville. La division assure sa sûreté par des flancs-gardes dont l'une se porte vers Michamps, Horritine, Oubourcy. De même, le 19 après-midi, lorsque le 77e Régiment de la 26e Volksgrenadier Division (77/26VGD) progresse d'est en ouest, par Arlon-court, il cherche la liaison vers le nord avec la 2PzD.

- Lorsque celle-ci poursuit sa progression vers l'ouest, le 21, son sec­teur est repris par la 26VGD. Les trois villages se trouvent alors dans le sous-secteur du 78e Volksgrenadier Régiment.

- Le 2 janvier, vers 15 h, le 50e Armored Infantry Battalion du Com­bat Command   "B" de  la  6e Armored Division   (50/6AnnD)  s'empare d'Oubourcy faiblement défendu et se dirige vers Michamps où il tombe sous le feu de deux compagnies, l'une de reconnaissance, l'autre blindée, de la 12e SS Panzer Division (12SSPzD) qui doit attaquer le lendemain vers Mageret et Bizory. Au coucher du soleil et sous la protection des feux de douze bataillons d'artillerie, les Américains se replient. L'avant-garde de la 12SSPzD entre alors à Michamps puis à Oubourcy. Cette division est consti­tuée des unités de combat suivantes: 12e SS Panzer Régiment (12SSPzR), 25e et 26e SS Panzer grenadier Régiment (25SSPzGR, 26SSPzGR)) et 560e SS Panzerjäger Abteilung (560SSPzJA).

Le 3 janvier, l'heure H est fixée à midi. La 12SSPzD s'empare d'abord des bois au sud de Horritine et de Al Hez, puis entre dans Arlon-court où elle oblique vers l'ouest, avec un Panzergruppe du 12SSPzR et un bataillon du 25SSPzGR en direction de Mageret et de Bizory. Pendant ce temps, la 340e Volksgrenadier Division (340VGD) progresse avec un déta­chement assez faible au nord du chemin de fer et contrecarre ainsi l'action du 501e Para Régiment de la 101e Airborne Division (501) qui a pour mission de nettoyer le bois Jacques jusqu'au chemin Foy-Michamps. Dans l'ensemble, le succès est allemand.

- Le 4 janvier, tandis que le 26SSPzGR nettoie le bois Jacques jusqu'à la route Foy-Bizory, le 25SSPzGR atteint le bois de Hazette.

-Le 10 janvier, la 12SSPzD passe en réserve. Elle a été relevée par la 340VGD au cours des deux nuits précédentes. Un Kampfgruppe blindé sub­siste cependant à Michamps-Oubourcy. Le même jour à 10 h, la 4eArmored Division (4ArmD) et le 501 attaquent en direction de Bourcy. Le Combat Command "A" de la 4ArmD (CC"A") vient de Neffe-Mageret, le CC"B" de Bizory, le 501 avance à gauche (nord) du chemin de fer. Alors que la 4ArmD est en marche vers Arloncourt et Oubourcy, elle reçoit l'ordre d'arrêter les combats pour être transférée ailleurs. Elle se replie alors sur la ligne de départ.

- Le 11 à 7 h, le 501 est contre-attaque par une unité de la 340VGD venant de Michamps. Il en est de même, le 13 janvier, lorsque 327 et 502 (de la même 101e Airborne Division) tentent de reconquérir la totalité du bois Jacques. Le nettoyage complet de ce bois par les Américains exigera encore deux jours.

-  Le 16 janvier, la 6ArmD -notamment le 320e Régiment de la 35 Infantry Division à ses ordres- attaque à partir des confins nord-est du bois Jacques et libère Oubourcy, Michamps, Horritine, qui se trouvent entre les transversales de repli allemand pour les nuits des 14/15 et 15/16. Le timing allemand est respecté. Bourcy est libéré le 17, Moinet le 21.

Témoignages

André WIDART

Plusieurs familles sont réfugiées dans la ferme Jacob.

Le matin du 2 janvier, vers 9 heures, des avions américains surgissent. C'est la mitraillade aveugle de tout le village à laquelle succède le bruit sourd des bombes touchant leurs objectifs.

Le centre du village semble surtout visé. Après cette attaque, les civils sortent prudemment de leurs abris. Le toit de la ferme Jacob où je me trouve André, brûle. Enfants et aînés font la chaîne et amènent par l'intérieur de la maison l'eau pompée dans des seaux. Ils réussissent à stopper l'incendie. Le corps de logis est sauvé, mais les étables brûlent; les animaux pris au piège des flammes beuglent de douleur. Un gros boeuf d'attelage et un cheval cou­verts de brûlures réussissent cependant à casser leurs liens.

 

C'est alors que la deuxième vague d'avions recommence le carrousel infernal. Tout le monde plonge dans la cave. Papa pense alors au boeuf; il faut le mettre à l'abri. Malgré le danger énorme, il remonte avec mon frère. Hélas, le boeuf et un autre cheval sont déjà tués.

L'après-midi, les Américains occupent le rez-de-chaussée de la ferme alors que les Allemands sont dans les caves. Deux jeunes soldats pleurent, mais deux SS ne prétendent pas se rendre. Courageusement, M. Jacob réussit à les convaincre.

Le soir de ce jour de bataille, les Américains se sont retirés. On entend les souliers cloutés des Allemands battre le sol du rez-de-chaussée.

Les villageois demeureront dans les caves encore quatre jours. La puanteur des bêtes crevées se propageant partout rend le séjour difficile à supporter. C'est alors que les Allemands chassent tout le monde: personnes âgées et enfants se retrouvent dans le froid.

C'est le départ, deux par deux, en file vers Bourcy. "Moi, dis-je pars avec une bouilloire et une cafetière." Papa et ma soeur emportent des valises avec de l'argenterie qu'ils abandonneront d'ailleurs derrière une tombe du cimetière.

Dans la nuit glaciale, sur une route verglacée, les gens arrivent à Bourcy et se réfugient dans la cave Duplicy. Les plus âgés, fourbus, n'arrive­ront que le matin. Heureusement, chacun a sa petite ration de galettes que des femmes ont cuites la veille.

La vie s'organise péniblement. Après une dizaine de jours, les blindés américains entrent dans Bourcy par la route de Noville.

Un Allemand est posté avec sa mitrailleuse à une fenêtre de la ferme avec l'intention de stopper l'offensive. Si jamais il tire, on va vers une héca­tombe de civils. La soeur du curé Faisant se précipite vers le soldat et le supplie de se rendre sans ouvrir le feu. Et elle le convainc.

 

Célestin PIERRE (13 ans )

Un jour, un Allemand nous apporta trois poules. Il voulait que Maman les mette à bouillir. Elle accepta, mais avec une idée derrière la tête. Quand le bouillon eut bien mijoté, elle nous en versa un bol et elle rajouta de l'eau. L'Allemand revint un peu après et, jugeant que c'était trop maigre, il ajouta un quart de beurre. Il partit ensuite pour le front et on ne le revit jamais. Alors, en toute quiétude, nous avons bu le bouillon et mangé les poules.

 

J'ai été frappé de stupeur lorsqu'on nous a annoncé que notre voisin Joseph Garcia avait été tué dans son lit par un éclat d'obus. Sa femme était indemne, mais sa petite fille Gaby était blessée.

 

Ida et Alix ZUNE (24 et 28 ans)

Le 18 décembre au soir, des Allemands vinrent nous surprendre dans la cave de notre ferme. Des branchages attachés à leur casque les camou­flaient. Ils cherchaient les Américains. (Ida) Je dus les précéder, avec une petite lampe, au grenier et dans les chambres. Ils visitèrent ensuite le rez-de-chaussée bousculant tout sur leur passage, puis ce fut la cave. Ils cherchaient aussi des résistants. Mais mes trois frères s'étaient sauvés. Eudore Calay, qui était dans la cave, s'enfuit dans la nuit, en passant par l'arrière du bâtiment.

La Croix-Rouge allemande s'installa dans notre maison. On se retira dans les caves de la ferme Fairon, (actuellement Verlaine). Quand nous reve­nions soigner le bétail, on voyait les morts alignés devant la porcherie. Lorsqu'on bêcha le jardin au printemps, on retrouva, enveloppée dans un tablier de Maman, ... une jambe!

Chaque matin, il fallait soigner le bétail. Combien de fois nous som­mes-nous allongés dans les fossés tant les obus tombaient. Les soldats allemands nous enguirlandaient de leur voix gutturale parce que nous n'étions pas assez prudents.

Le 2 janvier, les Américains réoccupèrent Michamps, mais, le soir, ils se retirèrent. Les Allemands revinrent. Un voisin guettait leurs allées et venues par une fenêtre occultée par une couverture. "Méfions-nous, dit-il, je vois des soldats dont la veste est américaine et dont le pantalon est allemand." L'occu­pation dura encore deux semaines, car Michamps ne fut libéré que le 16 janvier.

 

Mme GIRS-MOINET

Un soldat allemand vint bavarder avec nous en français. C'était un Alsa­cien enrôlé de force.

"Mais où sont les Américains?" lui demanda-t-on. « Ils sont là, derrière Oubourcy."

Cette nouvelle nous encouragea beaucoup. Nous ne nous doutions pas qu'avant de les revoir ici. il y aurait bien du malheur. Chez nous, les Alle­mands avaient tout sorti de notre maison et s'étaient amusés à tout casser. Mon beau service à dîner, mes tasses, mes verres, tout était éparpillé en mille morceaux. Un maillet de menuisier était resté là. Ils avaient dressé un chien qui poursuivait nos poules et les leur ramenait. Nous en avions septante et nous n'en avons retrouvé qu'une! Dans ma colère, j'avais dit: "Il ne nous en restera pas à cause de cette charogne-là!" Un Allemand crut que je parlais de lui. Il me menaça de son revolver et nous chassa, mon mari et moi. "Qu'ils prennent tout, pourvu que nous gardions la vie !" me dit mon mari.

Nous étions retournés soigner les bêtes et nous avions délié les vaches pour qu'elles aillent boire à l'extérieur. Soudain, des avions survolèrent le troupeau à basse altitude et commencèrent à mitrailler et à bombarder le vil­lage. Les gros arbres se pliaient et se cassaient, tellement le déplacement d'air était puissant. Je reliais les bêtes à leur mangeoire et je les comptais au fur et à mesure qu'elles rentraient. J'étais affolée. Mon mari chassait devant lui ce qui restait du troupeau. Je suivais furtivement sa progression. Brusquement, il disparut. Avait-il été touché ? Je me mis à pleurer, là, anéantie, entre deux vaches. C'est à ce moment que je vis flamber la maison de mes parents où se trouvaient nos enfants. J'étais au désespoir... Mon mari surgit dans l'étable; il s'était abrité le long d'une haie. Et les enfants ? Il me prit par la main pour m'aider à enjamber les arbres couchés sur la route, car j'attendais mon cin­quième enfant. Angoissés, nous sommes arrivés devant le brasier. Ma mère en sortait, la dernière petite dans les bras, les autres aussi étaient là. Les avi­ons survolaient encore le village. Il fallait nous abriter. Nous nous sommes réfugiés chez Joseph Moinet jusqu'au jour de la libération définitive.

 

Louis WENKIN

Le dimanche 17, tôt le matin, mon frère aîné me réveilla: "Ecoute, on entend le canon, le départ et l'arrivée des obus." Le curé nous dit: "Ce ne sont pas des obus, ce sont les Américains qui s'exercent." Il se trompait. Le dimanche après-midi, un oncle vint nous montrer des éclats d'obus trouvés derrière sa maison à Moinet. Vers 16 h, des obus tombèrent à Bourcy, près du pont.

Le lundi avant-midi, grande inquiétude ! Tout à coup, quelqu'un aper­çut un petit avion qui tournait au-dessus de Moinet. La DCA tirait; tout autour de l'avion se formaient des sortes de mouchoirs de poche. L'avion s'éloigna. Vers 10 h 30, Papa rentra à la maison et avertit Maman qu'il allait partir avec Victorien, mon frère aîné (17 ans), car il craignait le retour des Allemands. Et Maman resta seule avec les cadets. Moi, 13 ans, j'étais devenu l'aîné et il y avait un bébé de 2 ans; ma grand-mère, 76 ans, malade, était là aussi.

Après-midi, des Gillet du Grand-Duché arrivèrent avec leur bétail et leurs chevaux et Maman fut heureuse de les accueillir, car elle espérait qu'ils la protégeraient. Nos voisins Fred et Anna Finck l'avaient déjà prévenue qu'elle pourrait s'abriter dans leur cave. On entendait un roulement du côté de Longvilly. "Si ce sont des Américains, nous sommes sauvés. Si ce sont des Allemands, prions pour que la Vierge de Longvilly les arrête loin du village."

Maria Garcia, blessée par un obus, arriva aussi dans la cave Finck. Elle venait de quitter sa maison fortement ébranlée, où, hélas, elle avait aban­donné son mari, Joseph, tué lors du bombardement. Il était resté sur son lit à l'étage.

Il y avait déjà du monde dans la cave Finck: des voisins et des Grands-Ducaux. Il fallait songer à nourrir ces personnes. On avait caché de la nourriture pour que les Allemands ne la découvrent pas: farine, sucre et quatre jambons. Maria Garcia nous dit qu'elle avait des poules chez elle, mais qu'il fallait les attraper. Je me décidai à l'accompagner. La fermette Gar­cia était éloignée d'une centaine de mètres en montée. Arrivé là, je fus envahi par une frousse carabinée. Le toit de la maison était prêt de s'écrouler. Mais il fallait agir. Pendant que Maria donnait du grain aux poules, je sautai sur deux d'entre elles, plus vite qu'un renard, et je dévalai la côte avec mon butin. Je fus vite rentré à la cave.

Vers 20 h, nous essayâmes de dormir, mais, à peine au lit, voilà que des obus tombèrent à nouveau sur le village. Nous nous sommes réfugiés dans la cave. Lors d'une accalmie, je me suis endormi dans la paille comme une masse. A un moment donné, je me suis réveillé; on marchait sur moi. "Tu n'es pas fou!" dis-je. C'étaient des Allemands qui chassaient les hommes de la cave. Ils les ont rassemblés près de la chapelle. Heureusement, les Luxembourgeois et M. Finck qui parlaient allemand, discutèrent avec eux et ils les relâchèrent.

Nous nous demandions où les Américains se trouvaient. Un Allemand interrogé par Maman lui dit que le front était à Noville. Un autre m'appela et me montra que Bastogne était encerclée.

Un jour, on vit arriver les Girs de Al Hez. Ils avaient voulu se sauver, mais les Allemands les avaient surpris à Noville. Le père Girs fut même arrêté en même temps que M. Lutgen, mais il fut libéré et rejoignit Michamps avec sa famille. Les Luxembourgeois retournèrent chez eux.

Alors que j'étais allé chercher de la paille avec un cousin, le brouillard se leva brusquement et aussitôt des avions surgirent en rasant les toits. Nous étions en train de les compter quand ils se mirent à mitrailler. Vite vers l'es­calier de la cave qui fut rapidement encombré, si bien que l'on décida que ceux qui n'avaient rien à faire à l'extérieur ne sortiraient plus. Malgré cela, un jour qu'il faisait très calme, nous sommes allés manger à la cuisine. Pas pour longtemps: des obus éclatèrent à nouveau! Direction la cave! Quelle cohue !

Moi seul étais descendu avec une assiette de pommes de terre et de la viande à moitié cuite.

Le jour du nouvel an, alors qu'un officier allemand nous conseillait, en français, de sortir des caves, avions et canons commencèrent à lancer leurs engins de mort. Effrayant ! On aurait dit une pluie d'orage avec de gros grêlons.

Le 2 janvier, l'artillerie et l'aviation américaines concentrèrent leurs tirs sur le village. Six Allemands vinrent se réfugier près de nous. Ils enlevè­rent leurs cartouchières et leur ceinturon. Grands coups sur la porte! Les Américains étaient là ! Tous les civils durent sortir et les Allemands se rendi­rent. Tout flambait; l'artillerie américaine continuait à tirer sur Michamps. Les G.I., trop avancés, durent se retirer, nous laissant seuls, sans amis ni ennemis. Le lendemain, des hommes habillés en blanc circulaient dans le vil­lage. De quelle armée ? Nous l'apprîmes bien vite: c'étaient des SS, ceux qui ne reculaient jamais, disaient-ils. Ils nous firent sortir de la cave et nous trou­vâmes un refuge bien précaire dans une écurie, chez Gaspard. "Et les jambons ?" dit ma mère. C'était incroyable de songer à des jambons dans le déluge de feu qui nous entourait. Ma mère et moi, nous sortîmes cependant dans cet enfer. Il faisait noir. Arrivés dans notre cave, ma mère craqua des allumettes. Des Allemands étaient là. Ma mère leur indiqua les quatre grands sacs qu'elle venait chercher. Ils nous les passèrent bien gentiment. On est rentré chez Gaspard avec les jambons. Nous avons alors décidé de rentrer dans notre cave. Le 16 janvier, nous avons entendu un crépitement inhabi­tuel. C'étaient les éternits de notre hangar en feu qui éclataient. M. Girs, qui observait par la lucarne, s'écria: "Je vois un Américain! je vois un Allemand!" C'était un combat corps à corps. A ce moment, l'explosion d'un obus près de la fenêtre blessa M. Girs d'un éclat à la gorge. Le sang coulait en abondance. Il tomba par terre, mort. Son fils Fernand et Adolphe Del-chambre reçurent aussi des éclats dans les jambes. Quand on souleva Fernand, quelqu'un dut lui soutenir les jambes qui ne suivaient pas le corps. Et les Américains entrèrent. Ils expédièrent les blessés on ne sait où. Ils ne voulurent pas croire qu'on ait pu laisser des civils sur ce champ de bataille.

 

Jean LAMBERT, Horritine

(centre provincial agricole) (La Tannerie)

Depuis la libération en septembre, plus personne n'envisageait le retour des Allemands. Cependant, dans la nuit du 16 au 17 décembre, des déflagrations lointaines nous mirent en éveil. Le lendemain dimanche, les gens réunis près de l'église s'interrogeaient. "Avez-vous entendu ? Ce sont sans doute des V1." On apprit ensuite que c'étaient des obus tombés à Bourcy. Mais on ignorait leur origine.

Mon premier contact avec l'offensive se passa le dimanche 17 à midi. J'étais allé rendre visite à mes oncles habitant "Al Hez". Nous nous amusions à regarder des choses étranges qui se passaient au loin. Etait-ce des combats aériens? Des obus, semblait-il, éclataient. Et puis il y avait ces fumées noi­res. En réalité, la bataille était engagée à Clervaux, à quinze kilomètres d'ici.

L'après-midi, Papa et moi sommes allés marquer des bois dans une sapinière pour consolider un hangar de Michamps. Sur la route de Moinet, des convois américains défilaient, mitrailleuses en batterie. A ce moment-là, des obus tombèrent tout autour de nous. A toutes jambes, nous avons rega­gné la tannerie.

Le dimanche soir, nous ne nous doutions de rien. Nous avions une foi aveugle dans l'invincibilité de l'armée américaine. Nous nous sommes endor­mis, malgré tout, un peu inquiets.

Le lundi 18 au matin, un de mes oncles , Joseph Girs, passa chez nous; il allait chercher des souches à Noville. Après une demi-heure, il revint très énervé. "Les Allemands sont là tout près," dit-il. Il s'enfuit immédiatement, car il avait fait de la résistance. Il atteignit Noville; les Allemands aussi, mais, le 19. Il fut pris comme otage mais il eut plus de chance que les huit fusillés, il fut libéré. Nous nous sommes rendus à l'évidence: les Allemands étaient autour de Horritine. Nous avons passé la nuit, non plus dans nos chambres, mais à la cuisine; nous n'avions pas de bonnes caves.

Le mardi 19, pas l'ombre d'un Allemand! Maman, qui n'avait peur de rien, alla aux nouvelles à Michamps. Pas d'ennemis, mais Bourcy était pris. Vers 19 h, un coup de pied dans la porte: un Allemand surgit dans la cuisine. En un instant, ce fut une invasion de soldats. Ils étaient partout à la fois. Ça tiraillait à l'extérieur. Sans doute des Américains, pris au piège, tentaient-ils de s'échapper. Ainsi avons-nous vécu le retour des Allemands.

Les jours suivants, les combats firent rage du côté de Noville, Foy, Bizory. Ici, ce fut plus calme. Les Allemands prétendirent avoir pris Bastogne. Mais nous nous sommes bien vite rendu compte que c'était de la vantardise. Ils déployèrent de grosses pièces d'artillerie dans les environs. C'est alors que les premiers carreaux volèrent en éclats. Les Allemands creu­sèrent des tranchées; cela nous conforta dans l'idée que l'avance ennemie, si elle n'était pas stoppée, était au-moins ralentie.

L'enfer commença le 23 décembre quand le ciel s'éclaircit. Nous fûmes constamment la cible des avions. Heureusement, notre maison était camouflée par un bois d'épicéas qui, finalement, fut totalement détruit. Entre­temps était arrivé un état-major. (Sitôt après la libération, les Américains vin­rent fouiller pour découvrir des documents laissés dans "le château Horritine", selon leur expression.) Un gros bombardier américain le prit pour cible. Il y eut une  formidable déflagration. De chaque côté du chalet, les jambes avaient creusé deux cratères énormes dans lesquels on eut pu enter­rer notre maison.

Vers le 1er janvier, on sentit que les Allemands devenaient de plus en plus nerveux. L'un d'eux nous dit: "Voilà vos amis qui reviennent!"

Le 2 janvier, jour de la première reprise de Michamps, nous avons subi un intense bombardement d'artillerie. La famille de mon oncle Joseph Girs était chez nous; leur maison de "Al Hez" avait été incendiée le 26 décembre. (Il y avait un atelier de réparation de chars dans le bosquet voisin.) Nous sommes restés planqués sans oser mettre le nez dehors. Signe annon­ciateur de l'arrivée des G.I. : mon oncle observa par une lucarne un Allemand tirant des coups de revolver. Mais ici, nous n'avions encore aucun Américain. Le soir, ce fut le calme plat. Les deux derniers Allemands, du moins, le croyions-nous, étaient revenus en plein bombardement chercher une grande casserole de viande. Nous avons alors décidé de quitter la maison pour nous réfugier dans les caves de la tannerie, à 50 m. de là. Il nous fallut plus de vingt minutes tellement les branches entravaient notre progression. Cette nuit-là, personne n'est venu.

Le lendemain, de nouveaux combats éclatèrent. L'après-midi vers 14 h, un groupe de soldats vêtus de blanc se dirigea vers notre cave. C'étaient des SS. Parmi eux, un officier arrogant voulait nous fusiller. Heureusement, mon père a pu discuter avec lui. Il s'est radouci et nous a chassés vers Michamps. Nous sommes partis le 4 janvier en plein combat, dans la neige, pris entre deux feux. Arrivés sains et saufs à Michamps, nous nous sommes séparés en deux groupes. Nous, nous avons trouvé refuge dans les caves de M. Jacob occupées déjà par une quarantaine de personnes, tandis que la famille de mon oncle était accueillie chez Finck, en face. Nous sommes res­tés une bonne huitaine de jours chez Jacob. Nous dormions sur le tas de charbon couvert de paille. On souffrait du froid, de la faim, des maladies.

Une nuit, un officier de la Croix-Rouge nous expulsa poliment de notre abri. On décida d'aller vers Bourcy deux par deux. Un phare balayait la campagne. On arriva sous le pont de Bourcy, puis on se réfugia dans une étable de M. Duplicy, où l'abbé Faisant nous rendit visite le soir.

Bourcy fut libéré le 17 janvier au matin. On a tout d'abord entendu le vacarme des chars, des canons, des chariots, ainsi que des cris rauques... Apparut alors une sorte de "jeep" allemande. Prise pour cible, elle s'en­flamma immédiatement. Une pluie de petits obus s'abattit ensuite sur le village et il fit noir comme en pleine nuit: fumée, poussière, gaz d'échappement. Quelques silhouettes apparurent enfin: les Américains, de véritables Peaux-Rouges !

Chez Duplicy (Gilis) où nous étions, un soldat voulut lancer une gre­nade, après avoir enlevé le soupirail, mais Papa lui cria "Civils!". Le danger fut écarté. Près du château, bras levés, les Allemands se rendaient; l'un d'eux fit un geste imprudent; il fut froidement abattu. Vers midi, on est venu nous dire de nous rendre tous à l'église. Pourquoi ? Nous étions quand même inquiets. On se regardait, on s'interpellait... " Mon Dieu, comme vous avez mauvaise mine! Un tel a été tué..." Arriva un major très sympathique qui monta dans la chaire de vérité, et parla en français avec un accent américain épouvantable; il chiquait. Il nous donna des instructions : se méfier des grena­des truquées en ouvrant une porte, un tiroir, etc... C'était la fin de l'occupation.

On fut saupoudré de DDT; un camion déversa de la nourriture pour les affamés. Après deux jours, on rentra chez nous. Nous avions appris la mort de l'oncle Joseph à Michamps lors de la libération. Notre maison n'était pas brûlée, mais en lamentable état. Elle fourmillait d'Américains.

Une anecdote:

Les G.I., aussi bien les soldats que leur colonel, faisaient la file pour recevoir de la nourriture. C'était vraiment démocratique. Cet officier supé­rieur avait cependant une autorité incontestable sur ses hommes. Par comparaison, le colonel allemand qui nous avait expulsés avait chassé en même temps les ordonnances qui allaient jusqu'à cracher dans sa cafetière... nous étions devenus copains. Après l'attentat contre Hitler, tous les soldats, pour saluer, devaient crier "Heil Hitler!" Eux disaient "Drei Liter!"

 

Jeanne GIRS-STILMANT (30 ans)

Les Allemands ramenaient leurs blessés dans les pièces chauffées. Nous devions leur donner à boire ainsi qu'aux blessés étendus dans le corri­dor. Alors que nous étions réfugiés chez Joseph Moinet à Michamps, ce dernier nous suggéra de faire des crêpes. 11 fallait des oeufs, du lait et de la farine. Tante Sophie avait des oeufs en conserve, on récolta du lait, mais les vaches étaient souvent traites et on eut à peine une tasse. Joseph Moinet apporta un reste de farine. J'ai préparé la pâte que l'on cuisit sur une cuisi­nière basse. C'est à ce moment que les Américains firent leur apparition en haut de l'escalier. On partagea les crêpes: d'abord les enfants, puis les soldats . En échange, ils nous offrirent leurs rations . Une libération originale !

 

Louisa MOINET (Oubourcy)

Nous avions dîné chez mes beaux-parents (Nielen). Quand nous som­mes rentrés chez nous, nous découvrîmes l'intérieur pillé. On nous dit que c'était l'oeuvre d'Allemands arrivés par la route de Foy. Nous avions une fille de dix mois et j'attendais un bébé pour le mois suivant. J'essayais de me ménager, je restais la plupart du temps dans une chambre à l'étage. Mais le 25 décembre, notre maison fut incendiée par l'aviation américaine; mes beaux-parents nous accueillirent dans leur cave voûtée où nous sommes res­tés une semaine. Au nouvel an sont arrivés des SS qui nous ont chassés. Nous sommes alors partis pour rejoindre mes parents à Michamps. Pour nous faire peur, ou pour s'amuser, les SS nous canardaient. Nous rampions dans la neige. Les balles sifflaient autour de nous. Nous avons enfin atteint la ferme, sains et saufs, et la vie dans les caves continua. Emile, mon mari, retournait soigner les bêtes; un jour, il revint en jeep avec des soldats américains. Il venait me rechercher.

 

Nelly DUTROUX (13 ans)

Déjà le dimanche 17 décembre, un obus tomba à proximité du pont de Bourcy. On attendit les événements, anxieux. Nous dormions à l'étage et les heures s'écoulaient normalement. Le 18, pas d'école! La nuit du 19, dans un vacarme assourdissant, les Allemands étaient de retour. Aussitôt les maisons furent envahies et les pièces réquisitionnées. Ils nous laissèrent cependant la cuisine et l'étage. Une nouvelle occupation commençait.

25-26 décembre. A partir de Noël, les obus tombèrent plus nombreux; papa décida de descendre à la cave. Heureuse résolution car, la nuit suivante, une grosse pierre s'abattit sur le lit de ma soeur.

26-31 décembre. Durant les accalmies, Maman nous préparait des repas à la cuisine. Mais la plupart du temps, nous étions dans les caves.

L'après-midi du 2 janvier 1945. Les Américains attaquèrent le village et le libérèrent pour quelques heures. Dans la descente d'escalier de notre cave, sept Allemands refusaient de monter pour aller se battre. Un officier les menaça de son revolver. Le premier qui atteignit le rez-de-chaussée s'écroula sous les rafales de mitraillettes, les autres n'eurent pas plus de chance ! Mais une grenade lacrymogène avait éclaté à quelques mètres de nous. "Civils ! " cria papa. A moitié suffoqués, nous atteignîmes le corridor. Déjà, un Américain fouillait tous les coins et, son inspection terminée, il nous apporta une tasse de café.

La nuit suivante fut calme. Le matin, notre voisin nous avertit que des tanks ennemis étaient là. Avec sa famille de six personnes, il nous rejoignit dans notre cave.

Les prisonniers allemands blessés avaient été abandonnés dans la mai­son voisine par les Américains. Une jeune fille grand-ducale, que nous avions recueillie, avait averti les Américains qu'un blessé allemand cachait un revolver derrière lui et on le lui avait pris. Quand les Allemands furent de retour, le blessé reconnut la jeune fille à la blouse rouge et prétendit que c'était une espionne. Elle fut fouillée; rien de suspect! Elle rentra indemne dans notre cave.

Le 3 janvier. Je n'ai pas vécu personnellement l'épisode suivant. A l'autre bout du village, les Allemands avaient enfermé une quinzaine de civils dans un fournil d'où ils les faisaient sortir un à un. Cherchaient-ils un suspect? M. Charneux d'Arloncourt se présenta à l'appel de l'officier, sa petite-fille dans les bras. Y eut-il une discussion, une altercation entre lui et les Allemands ? De toute façon, il avait décidé de s'enfuir, coûte que coûte. Brusquement, il s'élança. Les Allemands, surpris, ne réagirent pas immédia­tement. Il eut le temps de déposer sa petite-fille sur une table dans la maison voisine. Puis il courut, longeant les murs, sous une fusillade nourrie et il s'abattit non loin de là. Terrorisés, les civils se dispersèrent, se cachant der­rière les meules, se terrant dans les trous d'obus. Le tir s'arrêta enfin et les villageois se retrouvèrent chez nous. Nous étions maintenant trente-deux dans notre cave. La Maman de la fillette réussit à rejoindre Arloncourt, bles­sée à la figure, et la petite fut recueillie par sa grand-mère.

Le 4 janvier. Des soldats pénétrèrent dans le bureau de Papa et ils le saccagèrent. Ils brûlèrent des papiers sur le parquet, ils lacérèrent des images religieuses. Papa, furieux, signala les dégâts à un officier. Celui-ci présenta ses excuses et essaya même de réparer le bureau. Il ordonna aux soldats de plier bagages. On ne les revit plus.

Et les jours passaient... On vivotait dans le froid et l'obscurité des caves. La voisine, qui n'avait pas peur, allait de temps en temps traire une vache. On donnait le lait aux huit enfants; les Allemands en réclamaient aussi. Comme il fallait les ménager, ils recevaient leur ration qui était au préalable "baptisée".

Le 13 janvier. Une grêle d'obus s'abattit sur le village. Les avions lan­cèrent leurs bombes au phosphore. Sur les dix maisons, sept brûlèrent; les autres furent fortement endommagées. Sur ordre des Allemands, les civils durent quitter le village. Papa décida d'abord de rester...puis résolut finale­ment de partir dans la nuit glaciale. Maman, qui portait ma petite soeur, glissa sur le sol gelé, sans se blesser heureusement. Quelques centaines de mètres plus loin, on atteignit le village de Michamps. Nous fûmes reçus dans la ferme de Joseph Moinet. Nous y étions cinquante-deux. Nous y sommes restés deux jours.

 

Le 16 janvier. Affamés, apeurés, fatigués, sales, presque indifférents, on assista à l'entrée des Américains dans Oubourcy. Nouvelle bataille achar­née entre fantassins. Les Allemands s'enfuirent. Encore une fois nous étions libérés, mais dans quel état ! Et après ! Les parents de Maman (les Bernard), qui habitaient Bastogne, nous invitèrent, par l'intermédiaire de mon frère Roger qui avait vécu l'offensive dans la ville encerclée, à venir chez eux. Dans un premier temps, une tante nous y emmena, ma soeur Monique (10 ans) et moi. Le lendemain, Maman, bien courageuse, prit à son tour le che­min de Bastogne. Elle tirait un traîneau sur lequel avaient pris place Marie-Berthe, 3 ans, et Jean-Marie, 5 ans. Mon frère la relayait. Que c'était pénible ! Les routes étaient verglacées; tanks et jeeps se croisaient, leur écorchant les oreilles et les forçant à longer les fossés. Bizory fut enfin atteint. Encore une côte et, au sommet, Bastogne ! Mais la route de Wiltz était encore loin. Route de Clervaux, deux jeunes filles, les demoiselles Etienne s'offrirent à les aider. Elles se chargèrent des enfants. Le groupe atteignit l'abattoir près de la rue de la Chapelle où les jeunes filles les quittèrent, car la nuit tombait et la pré­sence des soldats américains était loin de les rassurer. Encore un kilomètre et, enfin, la maison Bernard ! Nous les attendions avec inquiétude. "Je n'ou­blierai jamais cette journée ! " déclara Maman, exténuée.

 

Louis STILMANT

Après leur attaque sur Oubourcy, le 2 janvier, les Américains s'étaient retirés le soir dans les bois des collines . De chez nous, on pouvait les obser­ver patrouillant à l'orée des sapinières. Grâce aux jumelles qu'un Allemand m'avait prêtées, je les épiais à mon aise.

Lors d'un tir de l'artillerie américaine, un obus traversa un mur de la cave, où nous étions réfugiés, sans exploser puis il alla frapper la cave voi­sine où des blessés allemands s'étaient mis à l'abri. Plusieurs furent tués.

Après la première reprise d'Oubourcy, les Américains nous demandè­rent à papa et à moi de sortir les cadavres. Nous les avons déposés contre un mur de la ferme. Un Allemand était en plusieurs morceaux que nous avons rassemblés dans une couverture; nous l'avons enterré dans un trou de bombe.

Les combats définitifs pour reprendre Oubourcy s'annoncèrent très durs. Les Allemands nous conseillèrent de nous réfugier à Michamps. Quand les Américains lancèrent leur attaque sur ce village, nous étions cachés dans une étable encore occupée par des vaches. Papa s'était appuyé contre le flanc de l'une d'entre elles. Une mitraillade proche éclata, des balles touchèrent la bête à l'épaule et à la cuisse. La vache s'affaissa; Papa indemne était encore appuyé contre elle. Le lendemain, la vache périssait.

Lors de notre retour à Oubourcy, nous nous sommes rendus compte que les Allemands avaient fui par une fenêtre de l'arrière du bâtiment. Furent-ils mitraillés par un avion ou par des fantassins ? Ils étaient vingt-cinq, étendus dans la neige, en file indienne.

 

(p.105) Lorsque, le 21 avant-midi, les 2 et 3/134/35 progressent dans la zone boisée à l'est-sud-est de Bourcy pour la nettoyer, le commandant du 3 observe à partir d'un haut bâtiment aux lisières de Bourcy. Simultanément, la 11ArmD attaque au nord du chemin de fer, mais tombe dans le vide. Rap­pelons que les Allemands, compte tenu de leurs transversales de repli, pouvaient déjà quitter Bourcy dans la nuit du 15 au 16 janvier et Moinet, la nuit suivante.

 

Autres témoignages

 

Extraits d'un rapport du Maréchal des Logis Crépin, commandant la brigade de Longvilly, au Commandant de District de Bastogne, datée du 12 janvier 1945.

La nuit du 14 au 15, les Mdlis Scholer et Georis en patrouille respecti­vement aux abords des bois de Moinet et Boeur me signalent vers 1 h 30 qu'ils ont vu des fusées rouges et vertes tirées par-dessus les bois dans ces directions. Le 15, le C.I.C.1 américain me donne les signes conventionnels des parachu­tistes allemands, en l'occurence:

LA: endroit de parachutage,

2. B F ou E (Je ne parviens pas à déchiffrer cette lettre) : chemins sui­vis,

3. M: endroit de rassemblement.

Ce même jour, au cours de mes recherches, un fermier de Bourcy me signale qu'il a trouvé sur un sapin abattu le signe (A). Ensemble, nous par­courons les bois à l'endroit et aux environs de la trouvaille; nous ne retrouvons aucun autre signe, si ce n'est un sentier improvisé tracé dans des futaies très épaisses; ce sentier nous amène et s'arrête sur la ligne de chemin de fer Bourcy-Limerlé. J'en préviens le C.I.C. et, le lendemain, j'organise avec tout mon personnel une nouvelle battue sans plus de réussite. La nuit du 16 au 17, tout le personnel est de nouveau en patrouille et, sur toute la fron-

 

N.d.l.r. : service de contre-espionnage.

 

(p.106) tière,  ils aperçoivent des fusées rouges et vertes très rapprochées; ils entendent aussi des mitrailleuses.

Le 17, des services de circulation doivent être organisés sur tous les chemins conduisant à la frontière. Les Américains rentrent en Belgique en camions, en blindés et à pied; ces derniers marchent en ligne de combat. Dans l'après-midi, les Américains font sauter certains dépôts en les mitraillant. Vers midi, je préviens téléphoniquement mon commandant de district, quoique le "civil affairs" américain prétende qu'il n'y a rien à crain­dre.

La nuit du 17 au 18, tout le personnel reste en patrouille et, vers 21 heures, les premiers réfugiés luxembourgeois arrivent à pied et en chariot; ils nous supplient presque de quitter car, disent-ils, "les Allemands sont très près et ils ont pendu les gendarmes luxembourgeois aux barrières de leurs caser­nes." Un contrôle sévère de tous ces étrangers est exercé et les Américains obligent ces réfugiés à se caser dans les cours des fermes pour éviter l'en­combrement des routes. Toute la nuit, on entend crépiter les mitrailleuses.

Dans la matinée du 18, alors qu'une colonne de camions américains se trouve arrêtée sur tout le parcours Moinet-Noville, un avion allemand (chas­seur) plonge sur cette colonne juste devant la brigade. L'avion ne tire pas tandis qu'il est mitraillé par les Américains sans toutefois être touché. Vers 10 heures, un obus allemand éclate près du pont du chemin de fer aux envi­rons de la gare. Vers 12 heures, les Mdlis Scholer et Georis me rapportent que les premières troupes se trouvent à environ 5 km de nous. On peut distin­guer aisément les différents coups de feu de canons, de tanks ou de mitrailleuses. Tout le personnel est employé à la circulation, au service des Américains et à un contrôle sévère des étrangers (luxembourgeois). Vers 5 heures, le Mdlis Georges m'informe que les Allemands se trouveraient à 4 km de nous. A ce moment, je rassemble et brûle tous les écrits confidentiels ou compromettants, par crainte de représailles de la part des Allemands con­tre les civils du canton. Mes P.V. sont soigneusement cachés ainsi que le drapeau national et la pancarte Gendarmerie Nationale, par l'intermédiaire de l'épouse du 1er Mdlis Pechoy (actuellement à Montzen). A 16 h, le Mdlis de carrière Schack vient me rapporter que les Allemands ont été vus à 3 km de Bourcy, en gare de Buret, à gauche et, non loin de Mageret, à droite; nous sommes ainsi à demi encerclés. A 16 h 30, nous partons à vélo, alors que les obus des canons allemands tombent dans tous les environs. Il nous est impos­sible de rejoindre le district. Nous passons la nuit à Engreux (Mabompré), canton d'Houffalize... (...)

Le 22 janvier 1945, nous regagnons Bourcy. La brigade (maison louée) est fort endommagée et totalement inhabitable. Les meubles ont été détruits, enlevés ou vidés presqu'entièrement de leur contenu. Les maisons

(p.107)

des membres du personnel sont brûlées ou détruites complètement, mais sur­tout vidées de tout ce qu'elles pouvaient contenir. C'est ainsi que chacun de nous n'a absolument plus rien de son ménage. (...)

A Bourcy, les Allemands ont fusillé ou martyrisé quatre civils, trois hommes et une femme. A Noville, ils en ont fusillé huit ou neuf, car il est question de Luxembourgeois arrêtés et que l'on n'aurait pas retrouvés. Ces crimes ont été commis sans jugement et pour cause, il n'y avait aucune preuve de culpabilité quelconque dans le faits de guerre ou de résistance ou autre raison qui pouvaient être reprochée par les criminels allemands à ces malheureuses victimes. Poursuivant l'enquête pour ces crimes, je suis par­venu à établir, si pas les auteurs, du moins, les noms de certains officiers et soldats allemands, garde wallonne, milice de Darlan, qui ont participé aux arrestations de ces malheureux. J'ai rassemblé tout un volume de pièces justificatives : cartes militaires avec le tracé des chemins suivis par ces trou­pes depuis l'Allemagne jusque Bourcy, registres des hommes de combat, des hommes malades, de l'intendance, des armements allant du canon jusqu'au pistolet, de nombreux livrets militaires avec photos ainsi que d'autres photos civiles ou militaires avec adresses civiles ou militaires, insignes, etc... Le tout a été remis au C.I.C. américain (capitaine Blayne, je pense); certains docu­ments ont aussi été remis à des agents de la Sûreté de l'Etat à Liège.

Pour terminer, je ne peux laisser sous silence les paroles et faits des Allemands à leur arrivée à Bourcy. En effet, s'adressant au premier civil ren­contré, ils demandèrent:

"Où sont les gendarmes ?

-Et le Commandant de Brigade ainsi que le bandit Krier, où habitent-ils?"

-Ils sont partis. -Où ? -Je l'ignore

Sur indication de mon logement, les Allemands sont allés charger tout ce qui se trouvait au rez-de-chaussée. C'est le bombardement de ma maison qui les a empêchés de continuer. Je pense que ces recherches, pour moi-même en particulier, sont dues au fait qu'ils avaient probablement raté l'occa­sion de me fusiller lors de la libération de septembre 1944, alors que j'avais été pris dans le maquis, puis maltraité et battu et mis contre un sapin à plu­sieurs reprises devant le peloton d'exécution; tandis que pour Krier, rien de son dossier de F.S. n'était resté au bureau de la brigade, mais l'intéressé, qui faisait partie du M.N.B., avait, par ordre de ses chefs, à la libération de sep­tembre, arraché trois drapeaux tricolores chez des fermiers du canton, soupçonnés d'avoir fourni des marchandises aux Allemands pendant l'occu­pation. (...)

 

(p.108) François et Raymond MAYEN

Le dimanche 17 après-midi, nous étions derrière la maison de ma grand-mère, située sur la route de Boeur, à 800 m. de la gare, lorsque les pre­miers obus allemands tombèrent dans la prairie en face de notre demeure actuelle. Le tir cessa aussitôt, mais notre émotion subsista, car nous habitions à côté d'un dépôt de munitions. Mes parents décidèrent de quitter cet endroit dangereux pour se rendre à Tavigny. Peu après l'arrivée des Allemands, l'après-midi du 19, des Américains se replièrent en traversant ce village. Ils firent sauter un tank juste en face de la ferme Rossion (désaffectée mainte­nant). Puisque les Allemands occupaient toute la région, nous sommes rentrés chez nous.

Nous étions sans nouvelles des combats et nous croyions que l'armée allemande avait poursuivi son avance bien au-delà de Bourcy. Mais ne voilâ­t-il pas que des soldats viennent installer un poste radio dans notre cuisine. J'entendis que l'on parlait de Bastogne. Je demandai à l'opérateur des explica­tions sur la situation militaire: Bastogne n'était pas prise, mais encerclée. Les Allemands étaient donc bloqués à cet endroit.

Ils se battaient du côté de Bizory, de Mageret et ils descendaient du front, fourbus, mourant de faim. Nous n'avions que des pommes de terre pour les rassasier. Un jour, après avoir dévoré les patates, des soldats reçu­rent l'ordre de remonter au front. Ils nous montrèrent, avant de partir, les dix cartouches qu'ils avaient reçues chacun.

Quelques jours avant l'arrivée des Américains, notre maison fut réqui­sitionnée. Nous sommes alors partis chez Calmant, un voisin. Pas pour longtemps, car on nous pria de vider les lieux, là aussi. Les Allemands prépa­raient la défense de Bourcy; ils devaient résister! Cependant, certaines troupes se repliaient, tirant toutes sortes de véhicules chargés de matériel. Nous avons gagné le centre du village et nous nous sommes réfugiés dans la ferme du château.

La veille de la libération et le lendemain au matin, les Américains bombardèrent le village. Le tir cessa vers 8 h30. Alors, les G.I. se faufilèrent entre les maisons qu'ils visitèrent une à une pour débusquer les Allemands. Quelqu'un les avertit qu'il y en avait dans la ferme du château. Nous étions rassemblés dans un coin de la cour, les mains en l'air; nous observions les faits et gestes des soldats. Le premier Allemand qui apparut fut abattu. Avait-il fait un geste mal interprété ? Les autres eurent plus de chance et furent faits prisonniers, de même qu'un autre soldat qui sortit de la maison du doc­teur Louis...

(p.109)  Le soir approchait et nous étions inquiets à cause du soldat allemand tué qui gisait encore dans la cour. Un Liégeois de passage le chargea sur une brouette et disparut dans l'obscurité. Pour passer la nuit, les Américains avaient pris leurs précautions; ils avaient installé un poste d'observation et de défense sur la route de Boeur par où les Allemands s'étaient retirés. Mais ces derniers ne revinrent plus.

Dès le lendemain, les Américains commencèrent le bombardement de Boeur. Heureusement, un habitant de ce village, M. Steenhout, vint avertir les Américains qu'il n'y avait plus d'Allemands à cet endroit. Les G.I. l'enfer­mèrent dans notre maison. Une jeep de reconnaissance partit aussitôt pour vérifier. Elle annonça par radio que les dires du civil étaient exacts. (Voir le témoignage de Mme Steenhout, l'épouse de ce courageux volontaire et de René Majerus de Boeur, au ch. 5) Le bombardement cessa et M. Steenhout put sortir de notre maison.

 

Aline OCTAVE

Dans l'après-midi du dimanche 17, des obus allemands tombent sur le village. Quelques Luxembourgeois passent, effrayés par les combats se déroulant aux environs de Clervaux.

(p.110) Dès l'exode des Luxembourgeois, les jeunes gens, le garde-champêtre et les membres de la gendarmerie quittent le village, à pied ou à vélo, par les petits chemins de campagne afin de gagner la Meuse le plus rapidement pos­sible.

Ceux qui restent se préparent à vivre des jours épouvantables. Le vil­lage subit immédiatement des atrocités. La "Sicherheitspolizei" (Gestapo) recherche les membres de l'Armée Secrète et visite les maisons. Elle possède une liste des suspects: les gendarmes figurent en tête de liste. Une trentaine d'hommes sont rassemblés devant l'épicerie de M. Roland.

Place de la Gare, les époux J. Maquet-Katte ont déjà été froidement abattus dans leur cuisine. Nul n'en saura jamais la raison. Le même jour, leur fils, malgré la prudence qu'on lui conseille, est arrêté et abattu de cinq balles dans la nuque après avoir été conduit dans un champ non loin du cimetière.

Léon Octave, dénoncé par erreur comme résistant, est battu comme plâtre et laissé sur place avec plaies et bosses. Sous la garde des SS qui poin­tent une mitrailleuse sur eux, les hommes arrêtés attendent devant la maison Roland. S'y trouvent notamment, MM. Roland, M. Wagner, A. Gillis, Frede­rick, A. Abinet, C. Duplicy, V. Krack, E. Frères, Grégoire, J. Rijmester, N. et À. Mathieu, A. Annet, A. Georis et R. Dominique. "Mes amis, dit l'institu­teur, nous allons être fusillés." Interrogés à plusieurs reprises et à tour de rôle, à l'intérieur de la maison voisine, ils passent ainsi la nuit.

M. Roland, à la demande d'un soldat et espérant sauver ainsi ses com­pagnons, se rend dans le fournil pour prendre quelques bouteilles d'alcool cachées dans un ancien four à pain. Hélas, il est suivi par un Allemand qui découvre les drapeaux alliés confectionnés en hâte quelques mois plus tôt. Il est emmené et battu; les autres prisonniers entendent ses cris et le revoient un instant, épuisé, puis emmené au dehors. On le retrouvera, méconnaissable, ayant succombé aux coups, à 50 m. de sa maison. Sa femme et sa fille sont également battues. Après cette longue nuit, les prisonniers peuvent finale­ment rentrer chez eux. La soif de vengeance ne s'est pas entièrement assouvie à Bourcy, car, 4 km plus loin, à Noville, huit personnes seront encore froidement assassinées par le même groupe. (Ce détachement ne sem­blait pas être composé uniquement d'Allemands, mais, d'après certains documents, des Français se trouvaient parmi eux. Certains déclarèrent eux-mêmes être Français.)

Pour tous, c'est la vie dans les caves, entassés comme du bétail, sans eau, sans électricité, avec un strict minimum de nourriture, dans des condi­tions hygiéniques rudimentaires.

(p.111) Au moins 40 personnes s'entassent dans la cave du presbytère. Elles en seront chassées vers la fin de l'offensive et trouveront refuge un peu par­tout. Les étables et la cave de la ferme Duplicy sont remplies ainsi que la ferme du château. Plusieurs familles se réfugient "En-dessous du Moulin", se croyant protégées par les bois d'épicéas. Ces abris trop précaires seront vite abandonnés.

Le 16 janvier, les derniers obus tombent sur Bourcy. Un de ceux-ci éclate à proximité de la maison Frères, (actuellement Robert Krack) décapi­tant net Mme L. Lhermitte qui avait son fils Marcel âgé de 13 mois sur les bras. On relèvera l'enfant indemne. Bourcy est libéré le 17. Le cauchemar a duré un mois, mais quel réveil: routes éventrées, bois déchiquetés, cadavres de soldats et d'animaux, 25 maisons complètement détruites et les autres for­tement endommagées et pillées !

 

Eugénie FOGUENNE (28 ans)

Lorsque l'offensive commence, mon mari est prisonnier en Allema­gne. Quand on entend dire que les Allemands reviennent, mes beaux-parents avec qui j'habite à Bourcy, me conseillent de retourner chez mes parents à Noville. Je pars donc avec ma petite Michèle, âgée de 5 ans assise dans une voiturette d'enfant. Mon frère, ma soeur Fernande et son mari Louis Mathieu partent se réfugier à Rachamps. Je décide alors de partir dans la direction de (p.112)

Cobru. Je comprends vite, à cause de la neige et du froid, que je ne pourrai pas aller plus loin. Je fais demi-tour et je regagne Noville où je trouve refuge dans la cave de la maison Braquet. Bientôt je vois arriver un véhicule conduit par un Allemand et dans lequel a pris place mon beau-père Jules Marin. Comment a-t-il appris que je me trouve chez Braquet ? Une rumeur, sans doute, qui a circulé à Bourcy et l'Allemand, après discussion avec mes beaux-parents, a accepté de venir me chercher. Je rentre donc à Bourcy. Les balles sifflent et les obus éclatent de partout. Nous nous réfugions dans la cave. Une bombe tombe sur le talus en face et fracasse toutes les vitres. L'Al­lemand qui m'a ramenée cherche refuge dans la cave et se blesse en descendant l'escalier. Il est emmené à l'hôpital (sans doute chez Goosse à Bourcy); il perdra un oeil.

Notre abri ne vaut plus rien. Nous nous réfugions chez Gilis (Duplicy) ainsi que beaucoup d'autres personnes qui rempliront la cave et les écuries.

 

Christian LAMBERT (7 ans)

Un matin gris, ma grand-mère Rosa Laukès (dont la maison est occu­pée actuellement par Malou Picard, ma tante), aperçoit un tank tout blanc passant devant la maison. Elle entend parler allemand. L'ennemi est de retour.

Un des matins suivants, (je suis encore au lit), ma grand-mère crie: "Vite, levez-vous! Les avions!" La fenêtre de ma chambre s'abat au pied du lit. Je descends au rez-de-chaussée ! Les avions mitraillent. Ma tante Malou et moi, on s'abrite sous l'escalier. Puis, nous nous retrouvons derrière la mai­son, à une dizaine. Hubert Dodrimont traverse la route pour se rendre chez Sylvain Wirard (actuellement chez Maquet). Nous le suivons en contournant la haie. Nouvelle déflagration: le souffle nous couche par terre. Nous nous retrouvons dans l'étable . Sylvain a beau étançonner la porte, chaque nou­velle déflagration la repousse à l'intérieur.

Quelques jours après, nous nous réfugions dans les bois du "Vieux Moulin". Que de neige! La DCA est installée à l'orée du bois. Elle tire sur des avions qui ripostent aussitôt en mitraillant. Tout le monde se disperse. Je vois encore Delphine Thulle qui pousse une brouette contenant ses derniers biens.

La nuit a été tellement froide que ma grand-mère décide de retourner chez Wirard. Nous marchons dans un chemin encaissé. Un Allemand est posté tous les 50 m. Nous marchons courbés, car les balles sifflent au-dessus de nos têtes.

(p.113) Enfin, nous sommes de nouveau accueillis chez Wirard. Dans la cui­sine, des soldats fourbus ronflent, étendus sur de la paille. Nous nous asseyons dans un coin. Un jeune soldat joue avec le pistolet que j'ai reçu à la St-Nicolas. Je le lui arrache des mains; il est furieux, mais il se calme sous les injonctions d'un soldat plus âgé. Nous allons chez Alfred Laukès. Chaque soir, on étend les paillasses et, le matin, on les entasse presque jusqu'au pla­fond. Chaque fois que le chien pressent un bombardement, il se cache sous la pile. Nous devinons qu'un bombardement se prépare à la plaque de zinc qui vibre à la fenêtre. Le grand-oncle Alfred, lui, dort dans son lit, à l'étage. Un obus y perce une poutre du plafond. Ma grand-mère Rosé, sa soeur, lui demande s'il a eu peur. "Non, dit-il. J'ai vu que la poutre se consumait, mais le feu s'est éteint assez vite." (Cette poutre noircie est toujours là actuelle­ment).

Un jour, Papa rentre de La Roche. Il pleure parce que nous ne le reconnaissons plus. Il a passé trois jours dans une cave, prisonnier des gra­vats. Il nous fait peur. Nous ne sommes pas plus beaux, mais nous ne le savons pas.

 

(p.114) Bertha ALIE (30 ans)

Le 18 décembre dans la soirée, Maman et moi, nous avons rendu visite à notre voisin, un homme âgé. Craignant le retour des Allemands, mon mari s'était sauvé. Nous sommes rentrées vers 23 heures et, comme je mon­tais à l'étage, j'ai entendu un grand bruit de moteurs. Un convoi passait. A la tenue des soldats, je dus me rendre à l'évidence, c'étaient des Allemands. Les Américains s'étaient d'ailleurs retirés de Bourcy.

Nous avons été très vite en plein combat. Pour nous protéger des bom­bardements, nous sommes descendus dans la cave. Nous étions quatre. J'entendis crier mon nom: "Bertha!" Qui pouvait bien m'appeler ? Maman me conseilla de ne pas sortir, car de nombreux soldats erraient autour de la maison. Quelqu'un descendit l'escalier. C'était un Allemand qui nous avertit que la maison était en feu. Il nous aida à remonter et nous guida vers l'exté­rieur par l'arrière du bâtiment, car le phosphore enflammé léchait, par à-coups, toute la façade.

Des SS menaient des enquêtes dans tout le village, à la recherche des résistants. Chez nous, ils remarquèrent le manteau et le képi de facteur de mon mari. Ils m'interrogèrent longuement ; moi, je ne savais pas où il était mon mari. Me crurent-ils ? J'avertis ma voisine de cette visite; ses deux frè­res s'enfuirent. Les SS interrogèrent une vingtaine d'hommes rassemblés chez Maquet. Un soldat demanda de l'alcool à Marcel Roland. Il retourna chez lui, suivi par deux Allemands qui, hélas, découvrirent des drapeaux alliés cachés dans une boîte. Le 23 ou le 24, une dame me dit qu'un homme était étendu sur la route de Noville. Bravant les dangers, nous sommes allées voir cet endroit: c'était le corps de Marcel Roland que nous avons reconnu difficile­ment tant il était défiguré.

Nous étions quinze réfugiés, soldats et civils, dans la cave de Mme Peschon. Celle-ci était parvenue à sauver une manne de vaisselle. Elle nous dit son intention de la remonter au rez-de-chaussée. Je m'offris à l'aider, mais un Allemand s'interposa et offrit ses services. Au regard de Mme Peschon, je compris qu'elle souhaitait que je l'accompagne. Je les suivis dans les esca­liers. Juste à l'instant où ils disparaissaient dans la cuisine, un Américain apparut sur le seuil de la porte. Je lui fis signe, un doigt sur la bouche. Il se glissa prudemment dans le corridor et vint cueillir l'Allemand sans coup férir. Mais un soldat aux aguets ne fait pas de sentiment: l'Américain m'obligea à le précéder dans la visite de la maison. Revenu au dehors, il me donna une savonnette, me serra la main et disparut. Ce n'est pas beau de se réjouir du malheur des autres, mais je ne pus m'en empêcher quand les Allemands res­tés dans la cave furent aussi faits prisonniers. Ils avaient menacé de nous massacrer !

 

(p.115) Nous étions le 17 janvier.

 

Roger DOMINIQUE (15 ans)

Vers 23 h30, Maman, qui est montée à l'étage pour identifier un bruit anormal, aperçoit la grue de la gare qui passe devant le maison. Au moment où elle redescend, trois Allemands habillés d'uniformes américains et coiffés de casques allemands ouvrent brusquement la porte et braquent leurs fusils sur elle. C'est une des grandes peurs de sa vie.

Le 21 au soir, la Gestapo vient arrêter mon père et mon frère et les ali­gne, avec d'autres, devant une maison. Pendant vingt minutes, une mitrailleuse installée sur un véhicule est braquée sur eux . Enfin, les Alle­mands décident de les emmener autre part. Ils rejoignent d'autres otages dans la maison de Max Maquet. Ils attendent dans une pièce du rez-de-chaussée et sont interrogés tour à tour à l'étage. Ils n'en croient pas leurs oreilles quand on leur dit qu'ils peuvent rentrer chez eux, sauf Marcel Roland. Mon frère rentre épuisé de cette rude épreuve, ce que voyant, un soldat qui part monter de garde lui prête son sac de couchage.

Mon frère Alphonse, qui avait 17 ans, était au séminaire de Bastogne. Le 19, on renvoie les élèves . Paul Goosse et lui décident de rentrer à Bourcy par leurs propres moyens. Le long du petit chemin qui conduit de Mageret à Arloncourt, ils sont pris entre deux feux. Paul Goosse échappe à la mitraillade en retournant vers les lignes américaines. Hélas, Alphonse est tué. On retrouvera son corps un mois après, au bord du chemin.

 

Paul GOOSSE (15 ans)

J'étais élève au Petit Séminaire de Bastogne.

Le dimanche 17 au matin, quelques élèves entendent des détonations et aperçoivent, des fenêtres du dortoir, des faisceaux lumineux balayant le ciel quelque part à l'est. Mais, malgré ces alertes, l'insouciance continue à régner jusqu'à la fin de l'après-midi. Des convois militaires circulent. Le soir, à l'étude: brusque panne d'électricité! C'est à la lueur des chandelles et en invoquant le manque de chauffage que l'on donne l'autorisation aux élèves habitant la région de regagner leur domicile le lendemain matin par leurs propres moyens. Bien sûr, c'est aux fenêtres des dortoirs que nous passons la nuit, contemplant l'horizon enflammé, mais toujours inconscients du danger qui s'annonce.

Comme je suis parmi ceux qui ont reçu l'autorisation de partir, c'est sans hâte que, le lundi 18, je fais mes bagages et, à 15 heures, chargé de lour­des valises, je quitte le collège avec un condisciple de 17 ans, Alphonse

(p.116) Dominique, pour entreprendre une route de 12 kilomètres. Nous sommes à peine sortis de la ville que les premiers obus tombent sur Bastogne : effrayés par ces détonations si proches, nous nous jetons dans le fossé. L'alerte pas­sée, nous reprenons nos bagages et continuons la route, ralentis par les colonnes de réfugiés se dirigeant vers Bastogne et les convois militaires allant au front; ce n'est que vers 17 heures que nous atteignons Mageret. Là, les grands-parents de mon compagnon nous hébergent.

Partout sur les routes et dans la campagne : des chars, des canons, des camions; nous avons toujours l'impression qu'un retour des Allemands est impossible. Le soir, après dîner, nous allons au lit, pour nous endormir très vite, quand, brusquement vers minuit, une forte explosion nous réveille en sursaut; les vitres volent en éclats. Nous nous habillons en hâte et rejoignons nos hôtes à la cuisine. La bagarre fait rage et la maison ne dispose pas de cave. Des explosions d'obus secouent la maison; à proximité un canon tire sans arrêt; des balles sifflent et d'autres s'écrasent sur la façade; des hommes crient et nous, nous retenons notre souffle, effrayés, mais aussi hébétés qu'une chose pareille puisse arriver. Vers deux heures, la bataille se calme; on entend des bruits de pas dans la rue, des chars, des conversations ... Sont-ce des Allemands ou des Américains ? On ne sait pas. L'inquiétude grandit. Notre hôte, qui, à cause de son grand âge, ne se rend pas très bien compte de la situation, sort pour s'enquérir de ce qui se passe. Il est bientôt renvoyé à l'intérieur. Nous lui posons des questions: qu'a-t-il vu ? Des soldats améri­cains ou allemands ? Il ne sait pas. On lui demande s'il a vu beaucoup d'Américains."Oui, dit-il, avec des chars et des canons, ils se dirigent vers Longvilly". Etait-ce peut-être le civil dont fait mention le général Bayerlein ? Je n'en sais rien, mais en tout cas l'heure concorde et, à ce moment, je ne crois pas que beaucoup de civils aient pu se trouver à l'extérieur.

La nuit se poursuit dans l'angoisse; des mitrailleuses crépitent encore de temps à autre; il nous semble entendre le bruit caractéristique des souliers allemands: peut-être des prisonniers.

A quatre heures, la porte s'ouvre; un officier allemand sans arme se présente: "Ici, pas camarades allemands ? ..." A la réponse négative, il sort. Sans doute un prisonnier envoyé par les Américains.

Vers sept heures, nous regardons par la fenêtre: hélas, plus d'Améri­cains, mais des soldats allemands bien armés.

Le calme étant revenu, après un déjeuner pris en hâte, nous décidons de reprendre notre route. C'est dans l'indifférence des troupes que nous tra­versons le village mais, fait étrange, des jeeps de la Croix-Rouge, conduites par des soldats en uniforme américain, circulent librement. Nous nous enga­geons dans un chemin de campagne quand, brusquement, la bataille reprend (p.117) et sous le sifflement des balles, nous regagnons le village où les habitants affolés se précipitent dans les caves et refusent de nous prendre en charge. Nous sautons dans un abri d'où nous sommes bientôt délogés par un officier allemand, revolver au poing. Désemparés, perdus dans cet enfer, nous déci­dons de quitter définitivement Mageret.

A peine dans la campagne, nous comprenons la raison de ce furieux combat : une colonne américaine, bloquée sur la route de Longvilly, essaie de percer vers Bastogne.

Brusquemment repérés, nous sommes pris pour cible; nous nous jetons dans le fossé; le talus est déchiqueté par les projectiles et la terre bien­tôt nous recouvre. J'essaie de me retourner vers mon compagnon, mais en vain : les balles me frôlent de si près que tout mouvement devient impossible; péniblement, en rampant, j'avance mètre par mètre; chaque geste fait redou­bler la fusillade et, dans ce vacarme infernal, j'exhorte mon compagnon à me suivre. Il faut à tout prix s'éloigner; ma lente progression se poursuit dans l'eau glacée d'un ruisseau; exténué et transi de froid, j'arrive derrière un bos­quet qui me permet d'échapper au tir meurtrier. Là, je fais le point: je n'aperçois plus mon compagnon, qui aura sans doute pris une autre direction; d'autre part, je réalise que je suis à découvert, pris entre deux feux. Je n'entre­vois qu'une possibilité : atteindre en rase campagne un bois distant d'environ un kilomètre; pour cela, je m'engage en rampant dans le dernier sillon d'un terrain labouré. De nouveau repéré, le tir recommence, non plus en rafales, mais par salves de quatre coups. Je peux facilement suivre l'impact des balles: la première tombe à quelques mètres, la deuxième se rapproche, la troisième, que j'appréhende, claque aux oreilles ou me frôle le dos, la qua­trième va se perdre plus loin. De temps à autre, je fais le mort, mais chaque mouvement redéclenche le tir. Une fois, je soulève la tête : une balle traçante me passe sous le nez et claque contre la paroi du sillon; sans ce réflexe inconscient, tout était fini.

Après neuf heures de cette lente progression dans l'eau et la boue, j'ar­rive à la lisière du bois. Entre les sapins, je discerne des hommes casqués paraissant être des Allemands, me faisant signe de les rejoindre. Tandis que je me dirige vers eux, des tirs de mitrailleuses labourent le sol. En fait, ce sont des Américains qui, fusil dans le dos, m'emmènent dans leur camp à l'intérieur du bois, où un officier essaye de connaître la raison de ma pré­sence. De là, on me conduit à Bizory, dans une ferme, où un officier supérieur me demande d'où je viens, combien de chars j'ai vus à Mageret et combien d'hommes sur chaque char. Ensuite, un soldat, Louis Frey, vient me chercher. Il me prendra sous sa protection pendant toute la durée de l'offen­sive. Je réside deux jours à la ferme de Bizory en compagnie de Louis, partageant ses repas et sa couchette, dans une cave, sur un tas de betteraves.

(p.118)  La bataille fait rage et nous échappons de justesse à un obus qui éclate dans le vestibule alors que nous sortons.

Etant donné la situation trop dangereuse, Louis Frey me propose de me ramener à Bastogne. A minuit, nous partons dans un half-track. Sur la banquette gauche arrière se trouvent, Louis et un autre Américain; en face, trois prisonniers allemands et, à nos pieds, deux cadavres américains. Nous roulons phares éteints et, à mi-chemin, nous sommes pris sous le feu de mitrailleuses. Les Allemands et moi nous nous couchons sur les cadavres, les Américains restent assis. Nous débarquons au Séminaire et, après avoir par­couru le rez-de-chaussée partiellement détruit, nous découvrons, dans une cave, des civils, la plupart des pensionnaires de la maison de repos, incons­cients de la situation.

Le jour suivant, je rejoins l'abbé Godelaine, les Soeurs et les filles du Séminaire, ainsi que la famille Arbalestrier. C'est avec eux que je passerai le reste de l'offensive et aussi avec des soldats américains. Je reçois régulière­ment la visite de Louis. Un jour, il m'apporte une photo aérienne sur laquelle je lui désigne l'emplacement de ma maison à Bourcy et, quelques jours plus tard, j'apprends que mes parents l'ont quittée et que des civils se sont réfugiés non loin dans un hangar (ancienne bergerie de M. Lambert).

Louis faisait partie d'un groupe de douze qui s'infiltrait dans les lignes allemandes. Deux ont survécu.

J'ai, tout au long de l'offensive, été frappé par le courage et l'héroïsme des Américains.

C'est avec émotion que je repense aux parachutages, aux blessés enve­loppés de parachutes multicolores et alignés dans la chapelle transformée en hôpital, aux offices religieux aujour de Noël dans la chapelle, aux sapins de Noël décorés de serpentins provenant de l'ouverture des boîtes de conserve.

Enfin, aux environs du 20 janvier, j'ai pu quitter Bastogne et rentrer chez moi, où je retrouvai mon père. Six bombes étaient tombées aux alen­tours; le bétail était tué et la maison pillée.

Deux semaines plus tard, on retrouvait à Mageret le corps d'Alphonse Dominique.

Pour ma part, j'ai bénéficié d'une messe de mort au couvent de Beauplateau : une valise percée de balles et portant mon nom avait été retrou­vée à côté d'Alphonse.

 

(p.119)  Extrait d'une lettre envoyée par Louis Frey à Paul Goosse en 1993.

 

Paul,

 

J'ai été heureux de recevoir votre lettre et d'apprendre que vous étiez à la maison O.K.

Vous ne saurez jamais combien vous avez été près d'être déchiré par les mitrailleuses allemandes.

La route de Bizory à Bastogne était toujours coupée par des patrouilles "boches" arrivant derrière nos lignes et posant des mitrailleuses le long de la route.

Nous voulions envoyer des hommes et des camions de Bizory à Bas­togne. Nous les avons trouvés, le jour suivant, dans les fossés, pendant que les Allemands longeaient la route.

Je sais que j'ai eu une grande chance la nuit où je vous ai conduit à Bastogne. (...)

 

Raymond KRACK (21 ans)

A Bourcy, le dimanche 17 décembre fut assez calme. Cependant, vers 17 heures, des obus éclatèrent dans le parc du château.

Le lundi matin, étant employé à la menuiserie Haan, je me rendis à mon travail. Nous devions aller travailler à Oubourcy. Le patron hésitait, il ne comprenait pas bien ce qui se passait. Il décida qu'il valait mieux rester à l'atelier. Nous y avons commencé le montage d'un escalier, qui ne fut jamais terminé. Après l'offensive, on le retrouva en pièces détachées, dans l'atelier qui n'avait pas brûlé.

Vers midi, alors que je retournais dîner, je remarquai un MP qui essayait d'orienter vers Noville de nombreux camions américains plus ou moins en débandade. Sur ces entrefaites arriva, venant de Noville, une colonne de véhicules. Il lui fit faire le tour du village par la rue des Ecoles, la gare et la renvoya aussi vers Noville. L'après-midi, je ne suis pas allé à l'ate­lier. Des jeunes et moi-même, nous circulions dans le village, inquiets. Vers 16 h30, des obus tombèrent à nouveau, mais en dehors de Bourcy, près du bois de Noville. Cet incident nous décida. A une vingtaine, nous avons quitté le village en direction de La Roche.

 

(p.120) Jean GOOSSE

Avant le retour des Allemands à Bourcy, Jean découvre près de la maison Dominique un dépôt d'essence abandonné par les Américains, un tré­sor pour l'ennemi. Il commence à répandre l'essence par terre, mais Mme Dominique interrompt bruyamment "cette oeuvre de destruction patriotique".

Les premiers jours, les Goosse se cachent dans les caves d'où les sol­dats les font déguerpir. Ils vont se réfugier dans un hangar à une bonne centaine de mètres, sous les mangeoires des vaches. Cela dure trois jours, mais cette retraite est bien précaire; aussi, les chefs de famille cherchent-ils un autre abri. (Deux chevaux du hangar seront tués plus tard par des obus.)

Ils se dirigent vers Hardigny et Rachamps où ils sont hébergés. Mais, sitôt les Américains revenus, ils regagnent leurs pénates. Mme Fichefet, qui précède les Goosse, découvre un Allemand dans leur cave. Elle avertit les Américains et doit descendre devant eux.

Jean découvre, quelques jours après, un cadavre allemand dans la prai­rie. Il l'enterre provisoirement. On viendra le rechercher pour l'inhumer à Recogne. Le médecin légiste déclarera que cet homme n'avait pas 17 ans. C'est le plus jeune du cimetière, ainsi que l'indique un panneau.

 

Marie-Josée LAUKES-FREDERICK (18 ans)

Peu avant Noël, Maman et moi, nous trayions chacune une vache lors­qu'un éboulement se produisit dans l'étable. La cause, on ne la connut jamais. Peut-être l'explosion d'un gros engin!

Les vaches réagirent nerveusement, sans nous blesser heureusement. La poussière envahit la pièce, saupoudrant le lait. Je n'avais qu'un demi-seau. Je remplis une bouteille que je portai à mon ancienne patronne (Bertha Alié). Celle-ci me dit: "On vient de retrouver le corps de Marcel Roland, les Alle­mands l'ont battu à mort après avoir découvert chez lui des drapeaux alliés. Va vite dire à ta Maman qu'elle fasse disparaître les siens!"

Notre voisin, Monsieur Abinet, suggéra de s'occuper du cadavre de Marcel Roland. Madame Titeux, Jeanne Beauve et Maman procédèrent à la toilette du martyr défiguré. Le sol gelé ne permettait pas l'enterrement immé­diat. Il resta plusieurs semaines dans la brouette où on l'avait déposé.

Le jour de Noël, plusieurs maisons bombardées brûlèrent. On ne se sentait plus en sécurité. Aussi, M. Abinet attela-t-il ses chevaux à un chariot chargé de nourriture. Maman emporta sept lapins, trois pots de beurre et sept pains. Plusieurs dizaines de personnes gagnèrent ainsi un hangar en tôle situé (p.121)

au "Doyard", à quelques centaines de mètres de là. Sécurité bien illusoire! Aussi, avons-nous décidé, le lendemain, de gagner une maisonnette cent mètres plus loin, sur la route Bourcy - Boeur. On y campa jusqu'au 17 jan­vier. La nourriture partagée fut vite épuisée.

Maman et Armel Abinet allaient chaque jour soigner les bêtes et en profitaient pour rapporter un peu de nourriture. Le curé Faisant leur reprocha ces allées et venues journalières bien dangereuses. Le 17 au matin, on les vit faire des signes à partir des dernières maisons du village. On finit par com­prendre que les Américains avaient délivré Bourcy. Mais la maisonnette était encore environnée d'Allemands. Les combats s'amplifièrent. Rester là deve­nait dangereux. Alors on s'est dit qu'au lieu de mourir sur place, mieux valait risquer le retour. Enveloppés de couvertures, plus souvent couchés dans les fossés enneigés que debout et entre deux feux, on finit par atteindre les pre­mières maisons où les Américains étaient postés. Quelle joie de retrouver Maman !

Rentrer chez nous était dangereux, car deux bombes non éclatées s'étaient emberlificotées dans le treillis du sommier. Les Américains le des­cendirent par l'escalier, cassant la rampe pour élargir le passage.

Nous sommes restés deux jours chez M. Sylvain Wirard (actuellement Guy Maquet) avant de regagner notre maison encombrée de plâtras.

 

Angèle OCTAVE (18 ans)

Le lundi 18, les Américains occupaient encore le café Jules Maquet près de la gare de Bourcy. J'étais en train de lessiver; au loin tonnaient les coups sourds des canons. Les Américains, fébriles, préparaient leur départ. Ils chargeaient des paquets faits à la hâte. Je les observais, intriguée. Maman vint me chercher car, disait-elle, les Allemands avaient lancé une offensive.

"Il faut que vous partiez", dit-elle. A quelques-uns nous, avons été à Bertogne où nous avons logé quelques jours. Le premier Allemand aperçu était un motocycliste qui descendait le village à folle allure et qui a, paraît-il, trouvé la mort dans un accident.

Les Allemands étaient là. Nous avons décidé de retourner à Bourcy à travers bois et champs. Comme nous étions nombreux chez nous, nos parents jugèrent bon de nous séparer pour éviter le pire. Avec Amélie, je me réfugiai au château, chez Mathieu. Nous n'y sommes pas restées longtemps; le vieux Georis vint nous avertir que nos parents quittaient notre maison. Nous nous sommes empressées de les rejoindre. Papa avait déjà attelé le cheval à un chariot. On sortit les vaches et on les poussa devant nous. Nous sommes allés nous cacher dans le hangar d'Isidore Lambert dans la campagne. Nous som-

(p.122)

mes restés là jusqu'au retour des Américains. Chaque jour, lors des accalmies, quelques audacieux revenaient au village chercher de la nourri­ture. Nous dormions à côté des chevaux et les vaches beuglaient à l'extérieur. Une nuit, les Allemands nous les prirent. Nous avons été contents de quitter ce hangar lorsque les Américains ont repris Bourcy.

 

Denise DOMINIQUE-THULLE (17 ans)

Le 26 décembre, jour de bombardement par l'aviation américaine, un engin tomba devant notre maison. La moitié du toit fut détruite. Les jours suivants, durant la journée, nous allions nous cacher dans les bois au "Vieux Moulin" et le soir nous revenions loger chez Lejeune. Nous étions bien une trentaine de personnes. Notre impression était que les avions américains nous avaient repérés grâce aux enfants qui jouaient dans les prairies et qui leur fai­saient signe. Sans doute nous avaient-ils identifiés comme civils, car ils ne nous attaquèrent jamais. Nous sommes restés là jusqu'à la libération, le 17 janvier.

 

Albert HAAN

Le vendredi 12 janvier, Sylvain Wirard, 50 ans, fut tué par un obus en allant chercher de la nourriture pour son bétail. On ne le découvrit que le len­demain matin. Comme il faisait assez calme, mon père et moi avons décidé de fabriquer une caisse provisoire afin de lui donner une sépulture quelque peu décente.

Plus tard, trois avions américains surgirent, lâchant des bombes tous les deux cents mètres environ. Instinctivement, nous nous sommes collés contre un mur. Une bombe éclata à vingt mètres de nous sans nous blesser. Miracle ou bienheureux hasard ? La bombe avait pénétré profondément dans le sol, très fangeux à cet endroit, et les éclats retombèrent en pluie autour de l'impact. Les avions n'effectuèrent qu'un seul passage. Après cette chaude alerte, Papa et moi avons terminé la fabrication du cercueil de fortune. Avant la reprise de Bourcy, durant tout l'avant-midi du 17 janvier, les Américains arrosèrent le village de centaines de projectiles . Ce tir de barrage prit fin brusquement... Un silence pesant s'ensuivit. Petit à petit, le tir des armes automatiques s'intensifia. Prudemment, derrière leurs murs effondrés, quel­ques villageois observaient l'avance des G.I.. Ils progressaient prudemment, profitant du relief pour se protéger et ils atteignirent le village, car la riposte de l'ennemi fut faible.

Ils avançaient dans les rues par petits groupes, visitant les maisons dont la plupart étaient en ruines. Très souvent, ils se faisaient précéder d'un civil pour dénicher d'éventuels planqués, aussi bien dans les caves que dans les greniers. Ils étaient nerveux et méfiants. Et ils libérèrent Bourcy. Les

(p.123) bruits de bataille s'estompèrent; les civils s'aventurèrent dans les rues couver­tes de gravats. Le cauchemar était-il fini ?

Au lendemain de la seconde libération, mon beau-père et moi avons visité l'église. Il n'était pas facile d'entr'ouvrir la porte freinée par des débris. Le choeur avait plus souffert que le vaisseau. Un trou énorme déchirait la toi­ture. La lampe du Saint-Sacrement gisait sur le pavement. La table d'autel, éventrée, offrait un spectacle de désolation.

Mais, me retournant, je n'en crus pas mes yeux en apercevant la statue de Saint-Jean, patron de la paroisse, toujours debout sur son socle. "C'est un miracle!" déclara l'abbé Faisant, curé de la paroisse à cette époque.

 

Marie-Louise CALAY-CHARNEUX (27 ans)

Un soldat allemand mange sa ratatouille non loin de nous. Il est assis à côté d'une pile de seaux lorsqu'une rafale de balles perce les récipients en plusieurs endroits. Indemne, il veut répliquer. Nous craignons qu'il en résulte de nombreuses victimes parmi nous et nous le supplions de se rendre. Mais il refuse et se met à tirer sur les Américains. C'est un SS dont la devise est "plutôt mourir que se rendre!". Il est malgré tout fait prisonnier et, par mira­cle, il n'y a pas de victimes civiles.

 

Marie-Louise HESSE - PICARD (19 ans)

J'habitais avec Maman, derrière l'église de Bourcy. Ma tante Elise se trouvait là aussi avec ses deux enfants, Christian (6 ans) et Chantai (4 ans).

Les Allemands nous expulsèrent. On se réfugia chez Céline Wirard. Pas pour longtemps, car l'occupant nous força encore à déménager. On se rendit alors chez l'oncle Alfred Laukès. On s'installa tous dans la "chambre". Une de mes amies, venue de Liège au mauvais moment, était là aussi.

Bourcy fut occupé pendant quatre semaines par des soldats allemands assez corrects. Il fallait bien s'en accommoder. Une anecdote parmi d'autres : les Allemands avaient tué plusieurs poules afin d'améliorer leur ordinaire. L'amie liégeoise qui passait par là en déroba deux qu'elle cacha sous son manteau. Sa ligne s'en trouva évidemment modifiée. Elle rentra cependant saine et sauve à la maison . Son aspect fit bien rire. Maman s'alarma, crai­gnant des représailles éventuelles. Heureusement, les Allemands avaient d'autres soucis. Le bouillon fut excellent.

Le 17 janvier, au matin, un bruit terrible ébranla la maison. C'était un tir de barrage annonçant le retour des Américains. Mon amie liégeoise s'écria: "Notre dernière heure est venue !

(p.124) Chez l'oncle, on avait calfeutré les fenêtres à l'extérieur, avec des bot­tes de paille afin de se préserver du froid et des éclats, ce qui rendait l'intérieur lugubre, éclairé seulement par quelques bougies. Je décidai d'enle­ver quelques bottes afin de pouvoir observer les événements. J'en avais à peine enlevé quelques-unes lorsque le tir des armes automatiques s'intensifia. Il était temps de rentrer. Je longeai le mur afin de me protéger mais il me sembla que celui-ci vacillait ; je courus vite chez Frères, (actuellement Robert Krack) où je fus horrifiée à la vue d'une dame tuée, Ludvine Lher-mite-Lambert (28 ans). Je courus vers la maison. Je vis le clocher vaciller ; je me sentis faiblir ; ma main venait de toucher du sang. J'étais blessée. J'entrai dans la maison de l'oncle où l'on me mit un garrot provisoire.

Une heure plus tard, les Américains, l'air mauvais, pénétrèrent dans Bourcy, les armes pointées vers l'avant. Mon amie dut en précéder un, armé de grenades, dans la visite du bâtiment.

Un peu plus tard, mon amie, qui s'était rendue à l'église où se trouvait le docteur Louis, avertit les Américains de ma blessure. Un infirmier me fit un pansement et me donna des cachets.

Après quatre jours, on me chargea sur une jeep qui m'amena tant bien que mal à l'école communale de Bastogne d'où je fus transférée à Arlon.

 

Germaine HOZAY (30 ans)

Notre maison est à l'écart, sur la route de Moinet. Le 19 entre 6 et 7 heures du matin, Papa et moi, les seuls de la famille à être restés à Bourcy, sommes réveillés par des bruits venant de l'extérieur. Je me lève et, comme je descends l'escalier, une balle frappe la rampe. Je l'ai échappé belle. Les Allemands occuperont la maison jusqu'au 17 janvier. Elle ne sera guère endommagée; la plupart des vitres de la cuisine subsisteront même.

 

Gilbert (16 ans) et Maurice (13 ans) ANNET

Dans la nuit du 18 au 19 décembre, les Allemands occupèrent Bourcy. Nous nous sommes tout d'abord abrités dans les caves du voisin et ensuite sous l'aqueduc du chemin de fer situé derrière chez nous où nous restâmes accroupis ou assis pendant trois jours.

(p.125) Puis, nous nous sommes cachés dans le bois. Nous logions à quelques-uns dans des trous individuels, creusés auparavant par des soldats.

Nous sommes ensuite revenus dans la ferme Volvert (maison habitée actuellement par Jeanne Dufourny) où nous étions rassemblés en grand nom­bre. Un avion américain lança une bombe sur la ferme. Seul le corps de logis fut touché, tuant huit Allemands. Des villageois dégagèrent les corps des décombres.

Avant Noël, notre famille se réfugia chez Pierre Volvert (Louis Dufourny). Nous y étions une cinquantaine, à l'abri dans les étables. Les Allemands occupaient les pièces habitables. Alors qu'ils étaient en train de cuire des crêpes, une bombe saccagea le corps de logis. Les civils durent aider à dégager les soldats morts et blessés.

Dans la maison en face du facteur Bauvir, les vaches arrachèrent leurs chaînes et deux d'entre elles se réfugièrent dans le fenil en montant l'escalier.

 

Dépôt de munitions de Bourcy, Ronaldo MARQUIS du 197e Bataillon d'Artillerie Antiaérienne (Extraits)

La mission de cette unité américaine était la défense du dépôt de munitions de Bourcy. (...)

 

(p.126) Dès le 25 octobre, tous les canons étaient en position et prêts à faire feu. Ce dépôt dépendait du Ville Corps dont le QG était situé à Bastogne.

Le PC se trouvait dans le café Lambin, dont la propriétaire était Mme Hélène Lambin, plus connue sous le nom de "toot sweet" (tout de suite).

Le PC du premier peloton se trouvait dans un café tenu par Jules Maquet et son fils Fernand. La section ménage était située dans le dépôt de marchandises. (...)

Un groupe d'observation aérienne était à Boeur mais il ne put fournir aucun renseignement sur l'activité allemande car il fut pris sous le feu d'ar­mes légères.(...)

Le 18 à 16 h!5, le dernier groupe de chargement et la compagnie munitions quittèrent Bourcy pour le nouveau point de ravitaillement en munitions. La patrouille d'observation voulut rejoindre la batterie à 16 h45, mais celle-ci avait déjà abandonné la zone de déploiement. Ce dernier groupe quitta Bourcy aux environ de 17 h.

Roger GRAINDORGE (15 ans)

En septembre 1944, après la libération, les Américains demandèrent de la main d'oeuvre civile pour travailler dans les dépôts de munitions aux alentours de Bastogne.

Chaque matin, des camions embarquaient les volontaires devant l'église Saint-Pierre et les transportaient à Bourcy. Là, en effet, se trouvait le dépôt central dirigé par le capitaine Edouard Polman, qui était un Noir, de même que le sergent "Neige".

Le dépôt de munitions était dissimulé dans un petit bois en face d'une boucherie. Tôt le matin, nous chargions les munitions dans trois ou quatre camions et nous allions les répartir le long des routes jusqu'à Hoffelt au Grand-Duché. Il fallait quatre hommes par véhicule. Chaque camion empor­tait une seule sorte de munitions, par exemple des grenades, des obus, des cartouches... Tous les quarante mètres environ, nous déchargions quelques caisses que nous placions sur des troncs de sapin abattus. On comptait ainsi quelque cinq cents dépôts à approvisionner jusqu'à Hoffelt. Nous rentrions tous les soirs chez nous. Il était parfois 22 h. Nous étions une vingtaine & volontaires, entre autres Fernand Sac, François Husbourg, Lucien Kobs.

 

Le 16 décembre, le canon gronda au loin vers l'est. Les Americains nous avertirent que les Allemands venaient de lancer une offensive locale à partir de la frontière. Ce n'était pas grave. Cependant, dès le 17, des camions 

(p.127) de plus en plus nombreux vinrent se ravitailler en munitions à Bourcy. Ils repartaient immédiatement pour le front. Il fallait bien se rendre à l'évidence : l'ennemi revenait, car la canonnade se rapprochait rapidement.

Bientôt, les obus commencèrent à tomber, mais le dépôt de munitions semblait épargné, à croire que les Allemands voulaient se le réserver.

Les volontaires n'étaient plus si nombreux: la peur sûrement. Trois camions furent chargés en hâte de cent cinquante obus chacun. Nous devions les déposer près d'Hoffelt. Là, aidés par des soldats, nous alimentions des blindés qui revenaient du front. Une vingtaine d'obus étaient rangés à l'inté­rieur des coupoles. Puis, nous avons déchargé ce qui restait.

De retour à Bourcy, on rechargea immédiatement les camions et on repartit aussitôt vers le front. Les obus pleuvaient. On était déjà en pleine bataille. La panique s'empara de nous. Nos chargements n'allaient-ils pas se transformer en feu d'artifice ? On arriva à Troine vers 16 h. En vitesse, on se débarrassa des munitions.

Un Luxembourgeois s'arrêta près de nous, l'air inquiet, et nous demanda: "Avez-vous déjà vu une sapinière qui avance ?" Intrigués, nous avons scruté la colline d'en face. Elle bougeait! C'étaient des tanks camou­flés; les Allemands venaient droit sur nous. Et ne voilà-t-il pas qu'ils nous prenaient pour cible ! Bombardement terrible ! Déflagrations ! On se sauva à pied; on s'aplatit dans les fossés, on se dissimula derrière les haies. Heureuse­ment, un camion américain, rescapé du massacre, nous chargea... Et on rentra à Bourcy. Les Allemands nous talonnaient. Les maisons brûlaient, le matériel américain était en partie détruit.

De nouveau, on déguerpit à pied, cherchant des cieux plus cléments.

J'appris plus tard que trois camarades avaient été pris par l'ennemi et emmenés en première ligne pour creuser des tranchées. Heureusement, ils sortirent indemnes de cette aventure.

 

Gilbert LEONARD

 

Dès la mi-novembre, Papa et moi, nous avons été engagés par les Américains pour travailler au dépôt américain de Bourcy. Tous les matins, nous partions à pied jusqu'à Noville d'où un camion militaire, qui était allé chercher d'autres volontaires à Bastogne, nous emmenait à Bourcy.

S'il y avait un travail immédiat, on nous débarquait à la gare, là où le dépôt se trouvait. Il fallait transborder les caisses de munitions des wagons dans les camions. Nous travaillions par équipe de deux. A l'aide d'un outil, (p.128) un petit manche muni d'un crochet, nous saisissions les obus par un anneau et nous les transportions dans notre camion. Le chargement terminé, nous par­tions alimenter de petits dépôts situés à moins de cent mètres les uns des autres le long des routes de Boeur, Buret, Tavigny et Troine. Nous avions au préalable coupé des troncs de jeunes sapins que nous avions couchés le long de la route et sur lesquels nous déposions les munitions. Le travail terminé, on nous ramenait devant la boucherie Geuzaine. Là, se trouvait le bureau de répartition du travail et un abri dans lequel on faisait du feu à l'aide de carton bitumé dont la fumée nous rendait presqu'aussi noirs que les soldats noirs occupés au dépôt. Un infirmier, noir aussi, soignait nos petits bobos. Que vous ayez mal à la tête ou que vous soyez blessé, il vous donnait toujours la même pilule. Nous l'avions surnommé "pilule".

Le 16 décembre, des bruits d'offensive circulèrent. Le 18, alors que nous partions vers Boeur, le conducteur d'un camion qui revenait de la fron­tière grand-ducale, nous fit signe de faire demi-tour. Nous sommes donc rentrés à Bourcy, puis à Noville, d'où nous avons regagné Recogne à pied.

 

Gilbert (16 ans) et Maurice (13 ans) ANNET

Les Américains avaient établi un dépôt en plein air derrière la gare de Bourcy. Ils construisirent des chemins empierrés afin de manoeuvrer plus facilement. C'était un dépôt de matériel de génie. Ce matériel leur parvenait par chemin de fer et était transbordé dans des camions a l'aide de grues et de bulldozers que les villageois apercevaient pour la première fois de leur vie.

 

Alden TODD, soldat à la Compagnie F du 502e Régiment de la 101e Division Airborne

L'après-midi du 15 janvier, la compagnie F s'était déployée derrière une crête dominant Bourcy au sud-ouest. Peut-être 600 m. devant nous se trouvaient les maisons les plus proches du village. A Bourcy, les Allemands avaient établi de fortes défenses, notamment avec plusieurs chars. Mais nous savions qu'ils préparaient leur recul vers l'est; il était clair maintenant qu'ils avaient perdu la bataille des Ardennes et que leur attaque vers Bastogne avait échoué.

Le 15 et même le 16 janvier, pendant que nous faisions discrètement nos reconnaissances sur la crête vers Bourcy, nous avons parfois vu plusieurs soldats allemands qui couraient d'un abri à l'autre en se cachant au mieux. L'après-midi du 16 janvier, nous avons observé un camion à croix rouge qui chargeait des blessés et puis roulait vers la gare et ensuite vers l'est. Le calme fut interrompu, cet après-midi-là, par une attaque de plusieurs avions améri­cains sur des objectifs ennemis au nord et à l'est de Bourcy.

 

(p.129) Nous étions dans l'attente, mais nous savions bien que l'attaque vers Bourcy était imminente. Nous reçûmes, pendant ces deux jours-là, plusieurs cadeaux de l'ennemi, particulièrement des obus d'artillerie et aussi des "screaming mimis" (mortiers sifflants) dont le but était d'effrayer les combat­tants. L'opérateur radio de la compagnie F fut malheureusement blessé au bras. Je me rappellerai toujours le caporal Zagel, un gars de Chicago, alors qu'il marchait vers l'arrière, en tenant bien haut son bras sanglant et en criant, avec un grand sourire: "Enfin, je l'ai eue, cette blessure qui vaut un million!" C'était une apostrophe comique pour quelqu'un qui souffrait... Une blessure qui le menait à l'hôpital, mais qui n'était pas vraiment grave. Zagel était un jeune homme courageux et il nous a rejoints après quelques semaines.

Le capitaine "chuchotant" Smith avait besoin d'un remplaçant comme opérateur radio et c'est moi qu'il a choisi. On lui avait donné le sobriquet "le chuchotant" (wispering), avec un humour typiquement américain, parce que sa voix tenait du barissement de l'éléphant. Je n'avais reçu aucune instruction en radio. Il fallait porter l'appareil, avec ses lourdes piles, sur le dos comme un "rucksack". Il pesait presque onze kilos et il signalait sa présence par une antenne qui ressemblait à une canne à pêche longue de 1,5 mètre au-dessus de mon casque. Dans l'après-midi, quelqu'un m'a donné dix minutes d'ins­truction sur le fonctionnement de la radio, et puis j'ai dû tirer mon plan. Mon devoir était de transmettre les informations et les avis du capitaine Smith à l'état-major du bataillon et de recevoir les réponses transmises. Où était l'état-major ? Peut-être deux à trois kilomètres à l'arrière, je ne le savais pas. En principe, nous devions employer des mots-codes pour identifier les unités et les commandants, afin d'empêcher l'ennemi de comprendre. En fait, je n'en ai employé que quelques-uns.

J'ai passé les nuits du 15 et du 16 dans un confort relatif, bien que la température soit tombée en-dessous de zéro degré et que la neige ait atteint 50 à 60 cm. Avec deux ou trois autres, j'ai eu la bonne chance de tomber sur un "foxhole" (trou d'abri) bien construit par les Allemands plusieurs jours auparavant, garni de paille tout autour de l'intérieur, ce qui nous isolait de la terre gelée quand on s'allongeait. Il y avait même une petite cheminée creu­sée dans le sol, à côté, où nous pouvions allumer un feu très discret et réchauffer un peu notre ravitaillemant. Ce qui nous manquait, c'était l'eau. Les ruisseaux étaient complètement gelés. Le col de ma gourde, portée à la ceinture et exposée à l'air froid, était gelé dur comme pierre et je ne pouvais même pas en verser une goutte d'eau.

Bien avant l'aube du 17 janvier, la compagnie F fit ses préparatifs pour attaquer Bourcy. Selon le plan, nous devions passer la crête devant nous à 8 h30 et avancer vers le village, sans savoir quelle résistance nous allions rencontrer. Les autres unités à gauche et à droite devaient avancer à la même heure, pour envelopper Bourcy par le nord-ouest, l'ouest et le sud. Je me rappelle (p.130)  clairement, qu'au point du jour, notre artillerie a exécuté un barrage massif sur Bourcy et sur les chemins sortant du village à l'ouest. Le tonnerre de ce barrage d'artillerie semblait long, mais je pense qu'il n'a duré qu'une dizaine de minutes. Le capitaine Smith, qui devait avancer avec la compa­gnie vers Bourcy à 8 h30, devenait de plus en plus inquiet, car l'heure de l'attaque approchait et les obus continuaient à tomber devant nous. Naturelle­ment, il ne voulait pas faire avancer la compagnie directement dans ce rideau de feu. Il me cria de sa voix célèbre: "Todd, dis-leur de cesser de tirer! Arrê­tez l'artillerie."

Avec obéissance, j'ai crié dans le micro: "Le capitaine Smith dit: arrê­tez l'artillerie!" Un instant plus tard, craignant que le mot "arrêtez" n'ait pas été transmis clairement, j'ai répété le message, utilisant tous les mots que je pouvais trouver: "Stop, l'artillerie!... Halte, l'artillerie!... Ne tirez plus!... Le capitaine dit: cessez le barrage! Fini, l'artillerie!" A huit heures trente, on sif­fla le signal pour l'attaque. Et, soudain, le tonnerre des obus s'arrêta. Silence !

Avec appréhension, ne sachant pas ce qui allait arriver, nous nous sommes engagés sur la pente, offrant une cible excellente à l'ennemi de Bourcy, s'il désirait tirer sur nous. Nous avancions dans un silence étrange, plongeant dans la neige profonde, en direction du quartier sud-ouest du vil­lage. Peu après, le capitaine et son opérateur-radio néophyte découvraient les traces d'un char Tigre allemand qui avait gravi cette pente quelques jours plus tôt et qui était redescendu vers Bourcy. Le Tigre, d'un poids énorme, avait tassé la neige et avait dessiné deux sentiers parfaits, larges de 50 cm. environ, qui pouvaient faciliter la progression. Smith, étant le commandant, prit celui de gauche et l'opérateur-radio, qui devait rester près du capitaine, prit celui de droite. D'autres de la compagnie, voyant que nous évitions la neige profonde, nous suivirent. Le capitaine les vit. "Sortez des sentiers! cria-t-il dans son "chuchotement" enragé. Vous constituez une cible parfaite!" Il avait raison, naturellement. Les autres, fâchés, se déployèrent à gauche et à droite dans la neige, avançant avec difficulté, un pas lourd après l'autre. Heureusement, pas un coup de fusil ou de mitrailleuse en provenance de Bourcy, du moins pour l'instant!

Lorsque nous avons atteint les premières maisons du village, le silence était complet. Aucun coup de fusil, aucun cri, personne à voir. Quand nous sommes entrés dans la première rue, nous avons vu une personne, puis une autre, aussi craintives que nous, sortir timidement des maisons.

Etant l'interprète informel de la compagnie F, je criai au prerm61 homme que je vis:"Est-ce que les Boches sont ici? Où sont les Boches?"

"Partis! a-t-il répondu, tous partis hier soir et pendant la nuit! Dal1 cette direction là!" Il indiquait vers la gare et au-delà du village vers l'est. En

 

(p.131) quelques minutes, mes camarades firent une reconnaissance soigneuse de plusieurs maisons et des alentours pour s'assurer que ce n'était pas un piège. Entretemps, les civils sortaient des caves en souriant, sachant que l'occupa­tion était finie et que nous étions des amis.

Soudain, je me trouvai devant un garçon qui me semblait avoir 16 ou 17 ans, en uniforme allemand, sans insignes militaires, sans armes, les mains levées. Il s'approcha en disant: "Franzose! Ich bin Franzose!", et il montrait un petit drapeau tricolore sur sa veste. Il exprimait sa joie de nous rencontrer et il expliqua qu'il était un Alsacien engagé de force dans la Wehrmacht. Il s'était caché dans une cave à Bourcy pendant deux jours, espérant ne pas être découvert et comptant se livrer aux Américains. J'ai donné une brève expli­cation au capitaine qui mit sous bonne garde notre jeune et heureux prisonnier.

Puis nous avons pénétré dans la rue à droite et nous avons progressé vers la gare et la voie ferrée par le centre de Bourcy.

La compagnie F et les autres unités à nos côtés n'ont trouvé aucun sol­dat ennemi et le village était enfin libéré. (...)

Tout à coup, un tir d'artillerie ennemi s'abattit sur nous, à onze heures si je me rappelle bien. Il ne dura pas longtemps et les dommages ne furent pas importants. (...) Après ce tir, une femme très aimable, âgée peut-être de 50 à 60 ans, m'invita chez elle et me fit patienter, le temps de retrouver une bouteille de vin cachée dans un tas de charbon. Dans sa joie d'être libérée, elle voulait nous l'offrir, à nous les Américains. Je protestais pendant que cette aimable et généreuse femme creusait avec ses mains dans le charbon, fâchée parce que les Allemands lui avaient pris sa pelle. La bouteille était si bien cachée qu'elle fut forcée d'abandonner ses recherches. Je me souviendrai toute ma vie de ce geste généreux.

 

Guy MAQUET (10 ans)

En 1944, j'habitais déjà Bourcy, route de la Scierie, où ma mère Ber-the Wallerand vit toujours. Avant l'offensive, les Américains avaient établi un dépôt de Génie Civil sur le site de la scierie et des magasins Annet. D'im­posants tas de douilles d'obus se trouvaient sur le terrain de football actuel et beaucoup de personnes allaient en "prélever", car le cuivre se vendait cher. Il y avait des dépôts de munitions (obus, etc...) répartis le long des routes vers Hardigny et Boeur-Buret jusqu'au Grand-Duché. Ces munitions arrivaient par chemin de fer à la gare de Bourcy et des civils belges aidaient à leur déchargement et à leur transport par camions vers les lignes de front au nord du Grand-Duché et en Allemagne.

(p.132) Dans l'après-midi du dimanche 17 décembre, de nombreux camions américains, chargés de fantassins et de munitions, tractant parfois un canon et d'autres véhicules comme des half-tracks, traversèrent le village, venant de Noville et se dirigeant vers Moinet et le Grand-Duché.

On savait que les Allemands avaient repris l'offensive et on se deman­dait comment, affaiblis et encore équipés de chariots tirés par des chevaux, sans aviation ou presque, ils pourraient percer cet impressionnant déploie­ment de matériel et de soldats américains.

De petits obus allemands tombèrent sur le village dont un derrière notre maison et un éclat atteignit un half-track du 197e Bataillon d'Artillerie Anti-aérienne qui s'y trouvait; ce half-track, ainsi que d'autres placés à inter­valles réguliers depuis Bourcy vers Buret et le Grand-Duché, avait pour mission de protéger les dépôts de munitions.

Le lundi 18 décembre, l'école fut fermée à midi et, vers la fin de l'après-midi, mon père partit à vélo pour fuir les Allemands, mais ma mère ne voulut pas le suivre. Par la ligne de chemin de fer, il se dirigea vers Foy et Recogne où il passa la nuit chez ses cousins Mars. Le bruit de la canonnade se rapprochait et s'intensifiait; des obus tombèrent encore le village et aux environs.

Les Américains évacuaient dans la précipitation et nos amis du half-track (Joseph, Charly, etc...) vinrent nous dire au revoir rapidement; ils étaient inquiets et tristes de nous quitter, car ils venaient tous les jours chez nous. Je pense encore très souvent à eux et j'espère qu'ils reviendront en 1994.

Vers 21 heures, ma mère (30 ans), mon frère Aimé (3 ans et demi), ma soeur Nelly (7 ans) et moi-même (10 ans), nous sommes descendus à la cave, suivant en cela les conseils de mon père.

La nuit, jusqu'à vers 2 heures du matin, nous entendîmes repasser à toute vitesse de nombreux véhicules américains venant du Grand-Duché et se dirigeant vers Noville; les mitrailleuses crépitaient.

Le mardi 19 au matin, un énorme tank allemand se trouvait devant notre maison; son poids l'empêchait de franchir le pont route de Moinet et, comme les autres gros chars, il franchit la ligne de chemin de fer près de la gare, en face de la scierie.

Des coups frappés à notre porte nous firent sortir de la cave. C'étaient des Allemands qui nous obligèrent, ma mère et moi, à les précéder dans la visite de la maison ; ils cherchaient les Américains.

(p.133) Plus tard dans la journée, des SS s'exprimant très bien en français nous firent part du "décès" des tenanciers du café situé en face de la gare: il s'agis­sait de Jules Maquet (65 ans) et de son épouse Elvire Katté (63 ans), oncle et tante de mon père ; les Allemands disaient qu'ils n'avaient pas été "corrects". Ils furent assassinés dans leur chambre à coucher sans motif apparent, mais il se peut que les Allemands aient retrouvé du matériel oublié par les Améri­cains qui y avaient leur PC, ce qui les aurait mis en fureur.

Les soldats montrèrent à Maman une carte militaire en disant que Bastogne était prise et que leur avance victorieuse continuait vers la Meuse. Ils exhibèrent la photo d'Hitler: ma mère ne put s'empêcher de la frapper d'un coup de poing; un des Allemands en fureur la menaça de son "Pistol".

Dans la journée, au moins une dizaine de chars allemands déployés le long de la route de Moinet entre les fermes Gérardy (actuellement Lecoq) et Hozay, canons orientés vers Bastogne, tirèrent plusieurs salves. C'était effrayant ! Quelle impression de puissance que rien ne pourrait arrêter.

Un SS de la Garde Wallonne dit à ma mère : "Madame, je suis aussi Belge que vous, je suis originaire de la région d'Arlon." "C'est impossible, lui répondit ma mère, à cause de l'uniforme allemand que vous portez sur le dos."

Trois chars moyens de la 2e Panzer Division s'étaient placés entre notre maison et celle de mon oncle Maurice Maquet; ils étaient sous des arbres et recouverts de fagots.

Un jeune tankiste, âgé de 16 ans, qui avait perdu deux frères en Rus­sie, jouait avec moi et nous essayions de fabriquer des bougies, car il n'y avait plus d'électricité depuis le 18 décembre au soir.

Le 24 décembre, les Allemands reçurent du courrier, quelques vic­tuailles ainsi que du vin et de l'alcool. Ils firent la fête toute la soirée et la nuit en chantant des chants de Noël. Ils nous quittèrent le 27 ou le 28 décem­bre pour se diriger vers Hardigny et Rachamps. Deux jours plus tard, dans la soirée, le sous-officier qui les commandait revint, en jeep américaine, voir si notre maison n'avait pas été détruite par les avions; il s'inquiétait pour nous. Il conseilla à Maman de tuer notre cochon, avant que ses "collègues" ne nous le volent.

Aux environs de Noël, les avions américains vinrent mitrailler et bom­barder le village et particulièrement le quartier de la gare. Du soupirail de notre cave, on voyait les maisons flamber. Des bêtes hurlaient dans les étables. De sa cave, mon oncle Maurice Maquet en vit huit brûler en même temps.

 

(p.134) A Bourcy, il y eut entre 25 et 30 maisons incendiées ou complètement détruites; d'autres subirent de gros dégâts, dont la nôtre, qui reçut un obus allemand le 18 janvier 45.

Tous les jours au matin, nous scrutions le ciel et, si le temps était ensoleillé, nous avions peur et nous descendions à la cave, car nous savions que les avions américains allaient venir bombarder et mitrailler. C'était sans grand danger pour eux, car la DCA allemande était pratiquement inexistante.

Vers le début de l'année 45, une autochenille blindée allemande équi­pée d'un canon de 88 mm. (Panzerjäger) vint se camoufler contre notre maison. L'équipe de huit hommes était commandée par le sergent Hans. Ces hommes avaient volé un cochon dans le village de Rachamps; ils avaient donc à manger, ce qui ne les empêcha pas de tuer toutes nos poules (sauf deux que Maman cacha à la cave) à coups de revolver. C'étaient encore des SS. Une fois, alors qu'ils s'apprêtaient à manger des morceaux de cochon qu'ils avaient fricassés, ma mère n'hésita pas à se servir; Hans, leur chef, se fâcha, puis se calma devant la détermination de ma mère qui lui dit que nous avions faim aussi et qu'après tout, c'était un cochon belge.

Un jour, ils furent réquisitionnés pour monter au front; ils emballèrent les morceaux restants du cochon dans un drap de lit qu'ils enfouirent dans la neige du jardin. Ma mère me demanda d'aller dégager la neige avec une pelle (p.135) et de prendre un beau morceau, ce que je fis, lorsque les SS rentrèrent, le len­demain, affamés, fatigués, sales, déguenillés, certains dépourvus d'armes, ils s'aperçurent du larcin et nous le reprochèrent; ils nous dirent qu'ils avaient attaqué "Magerette".

On sut à ce moment avec certitude que Bastogne résistait toujours; on se remit à espérer en une libération prochaine. De plus, mon grand-père, Léon Maquet (66 ans), qui venait souvent chez nous et allait parfois se pro­mener dans le village, nous dit avoir appris que les Américains étaient parvenus jusqu'à Michamps.

Quant à notre cochon de plus ou moins 120 kg, que nous devions tuer pour la Noël, il nous fut volé par d'autres SS qui vinrent le chercher avec une charrette. Ma mère se fâcha, prit un SS par le ceinturon et l'assit dans la neige. Nous demandâmes l'aide des soldats de la Wehrmacht qui se trou­vaient chez nous, mais ils n'osèrent pas intervenir.

Le 7 janvier, Fernand Maquet (30 ans), fils de Jules Maquet, qui était rentré au village la veille, après avoir fui les Allemands comme beaucoup d'autres hommes de Bourcy, voulut revoir la maison de ses parents, qui avait été entretemps incendiée par les avions, et arriva chez nous. Quelques minu­tes plus tard, deux agents de la Gestapo parlant français vinrent l'interroger et, finalement, l'emmenèrent en prétextant que Fernand devait leur montrer la route de Michamps pour aller voir le bourgmestre Joseph Jacques. Il fut questionné toute la journée dans une autre maison du village, battu et enfin emmené dans une prairie située entre le presbytère et le cimetière de Bourcy, où il fut lâchement assassiné de plusieurs balles dans le dos et la nuque.

Vers le début de l'année, une dizaine de personnes de Bourcy étaient venues se réfugier dans notre cave et, parmi celles-ci, mon grand-oncle Félix Maquet et mes tantes. Oncle Félix était un joyeux compère dont la compa­gnie était toujours recherchée, car il blaguait constamment et savait remonter le moral des plus défaillants. Il était arrivé avec une grosse manne remplie de bouteilles de vin. L'abbé Faisant, curé de Bourcy, lui avait dit de les emporter lorsque les Allemands avaient réquisitionné le presbytère et expulsé tous ceux qui s'y trouvaient. Tous les jours, avant de se coucher, nous chauffions le vin que nous sucrions et chacun (même les enfants) avait droit à sa petite ration. C'était un bon somnifère, excellent pour le moral.

Mon père revint à la maison vers le 12 ou le 13 janvier, coiffé de son képi de la RTT. Il avait parcouru à vélo beaucoup de kilomètres, car, après Recogne, Longchamps, Champion, Nassogne, il s'était retrouvé à Hotte non occupé par les Allemands. Là, habitaient les parents de ma mère et il s'y arrêta quelques jours. Il reprit ensuite son chemin à vélo, inquiet pour nous; il avait entendu dire que les Américains avançaient au nord de Bastogne. Il se (p.136) dirigea de Hotte vers Menufontaine. Burnon, Hollange, Chaumont, Assenois, Bastogne, Savy chez Guissart, frère et sœurs, puis repassa par Bastogne. Mon père continua par Luzery et, arrivé au-dessus de la côte de Foy, il fut interpellé par les Allemands qui le questionnèrent tout l'après-midi. Ils le soupçonnaient d'être un espion et ils ne comprenaient pas qu'il ait pu traver­ser les lignes américaines sans être inquiété. Il leur montra sa carte d'identité, ses papiers de la RTT, attestant qu'il travaillait auparavant dans la région et il leur dit qu'il voulait nous retrouver au plus vite à Bourcy, car il ne savait pas ce que nous étions devenus. Le soir, il fut conduit sous escorte à Noville dans la cave de l'école où il passa la nuit avec les Allemands. Le lendemain, ceux-ci lui proposèrent de le reconduire jusqu'à la sortie de Noville, sur la route vers Bourcy. A peine sortis de Noville, ils furent contraints de se mettre à l'abri à cause d'une pluie d'obus. Les Allemands restèrent cachés et mon père, malgré les obus qui tombaient toujours, continua vers Bourcy où il nous retrouva avec la joie que l'on devine.

Le 15 ou le 16 janvier, comme nous regardions, mon père et moi, par le soupirail de la cave située à l'arrière de la maison, nous avons aperçu des obus traçants tirés par des tanks américains (nous le supposions) se trouvant dans le Bois de Kwarta, situé à droite de la route Bourcy-Moinet. Ces tanks tiraient sur les chars allemands en mouvement près du site de la scierie de Bourcy.

Par la tabatière de notre grenier, le 16 janvier dans l'après-midi, mon père repéra des Allemands s'enfuyant depuis le pont du chemin de fer à Tchamont vers Bourcy. On apprit plus tard que les préparatifs pour la reprise de notre village avaient débuté le 14 janvier. Ma tante vit aussi ce jour-là, depuis la maison Dufourny, les Américains s'approcher du village par le sud-ouest. Un PC américain du 3e Bataillon du 502e Régiment de la 101e Airborne avait été installé à la sortie du bois Jacques, près du deuxième passage à niveau sur la ligne du chemin de fer entre Bourcy et Bizory. Le bataillon était sous les ordres du major Simmons qui avait remplacé le lieutenant-colo­nel Stopka tué le jour-même par des bombes américaines mal ciblées. Le major Simmons m'a fait le récit de ces combats pour la reprise de Bourcy.

Le 14 ou le 15 janvier, un soldat allemand légèrement blessé était arrivé chez nous pour se reposer et s'abriter. Il avait des bandes de tissu en guise de bas, des souliers et des vêtements déchirés. Il n'avait pratiquement rien à manger. Il se contenta d'un oeuf et de quelques pommes gelées qu'il trouva sur la neige du jardin, alors qu'il aurait pu exiger avec son arme que nous lui donnions le peu de nourriture que nous avions encore. Des officiers vinrent visiter les maisons, afin de rassembler tous les soldats encore dispo­nibles; ils leur intimèrent, sous la menace de leurs armes, l'ordre de se rendre à pied à Wicourt. Beaucoup de ces soldats étaient décidés à se rendre aux (p.138) Américains, car ils n'avaient plus le moral et ne souhaitaient qu'une chose : revoir les leurs.

Le mercredi 17 janvier vers 8 h, nous eûmes droit à un très violent pilonnage de l'artillerie américaine qui dura presque une demi-heure. Puis ce fut le silence, vite rompu par le bruit d'un char allemand venant de Boeur, traversant le carrefour "Collin" et passant sur le pont du chemin de fer pour se diriger vers Moinet. Mon père nous dit que l'on s'était réjoui trop vite, que le village ne serait pas encore libéré aujourd'hui puisque le char était passé. Ce tank n'alla pas loin; il fut atteint par des obus de chars américains, en face de la ferme Hozay, route de Moinet. Un des tankistes vint mourir dans la ferme.

Vers 10h du matin, les fantassins américains arrivèrent en vue de notre ferme. Nous sortîmes tous les mains en l'air: les soldats étaient très nerveux et se croyaient déjà en Allemagne. Ils visitèrent eux aussi toute la maison. Les Américains firent 84 prisonniers allemands à Bourcy.

Alden Todd, soldat de la compagnie F, 3e Bataillon du 502e Régiment (voir son récit ci-dessus) a ramené en 1984, à la chapelle de Foy, la clochette d'enfant de choeur qu'il avait retrouvée dans les ruines de la chapelle en décembre 44.

Aussitôt arrivés, les Américains creusèrent des trous de fusiliers, ils y placèrent des mitrailleuses orientées vers l'est. Nous leur demandâmes si les Allemands ne risquaient pas de revenir à nouveau, mais ils ne répondirent pas.

Ce fut, d'après les archives de la 101e Airborne, le dernier combat du 502e Régiment dans la Bataille des Ardennes qui, le 17 janvier, fut envoyé au repos dans la région de Vaux-sur-Sûre.

 

Quant à nous, nous étions libres.

 

09:03 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.