09/04/2009

3.1.6.6 Histware / histoire: transpôrt / transport: li ligne di tram' Borci-Houfalîje, la ligne de tram Bourcy-Houffalize

« LE PETIT TRAM VERT » ... (Octave, 1973, 93)

 

Au moment où les chemins de fer de l'Etat avaient presque terminé leurs travaux, une oeuvre similaire s'amorça. Le Gouvernement belge créait par une loi spéciale du 24 juin 1885," la Société nationale des chemins de fer vicinaux".

A son tour,  ce nouveau complexe allait tisser ses fils dans tout le pays. Les deux premières liaisons vicinales ardennaises furent mises en exploitation: en 1886:  Poix-St Hubert - Melreux-Laroche.

en 1889: Bourcy-Houffalize              

en 1903: Marloie-Bastogne.

Quatre ans après la mise en service du chemin de fer Bastogne-Gouvy, une ligne de tramways relia Bourcy à Houffalize, par Hardigny, Vissoule, Cowan, Houffalize. (Les trams faisaient arrêt à l'Ermitage, à Neufmoulin et à Banneux, sur demande des voyageurs).

Ce "petit tram vert" parcourait la distance approximative de 12 km, en quarante minutes. Il faisait 5 fois un "aller et retour par jour. Le prix du trajet Bourcy-Houffalize, coûtait à ses débuts 0 fr 85 en 1ère classe et 0frs 60 en 2me classe.

 

Citons quelques chiffres:

En 1913: le vicinal Bourcy-Houffalize faisait 3 412 frs de recettes pour voyageurs, bagages et marchandises. En 1922: 10.837 frs de recettes. En 1923: 15.540 frs. Sa construction avait coûté 516.000 frs (partie province, partie par di­verses communes). Une petite boîte aux lettres noire était fixée à l'arrière du petit tram, comme d'ailleurs sur tous les trams vicinaux.

Durant la guerre 1914-1918, les installations furent démontées par l'occu­pant ou du moins,unt partie des voies fut enlevée, le matériel roulant fortement endommagé, mais le vicinal reprit son activité dès 1921.

En 1934, les vieilles locomotives fumantes furent remplacées par des motrices.

Administrativement, le 1er juin 1959, fut la fin du "petit tram". Il ef­fectua son dernier voyage le 1er août 1959: une motrice pilotée par Mon­sieur Léon Dubru de Houffalize, venait reprendre les derniers wagons se trouvant encore à Bourcy, et le 11août, on commençait les travaux de dé­molition des installations à Bourcy.

Après 70 ans de " bons et loyaux services" le petit tram finissait sa carrière.

 

Comme le dit André Gillard, le rail ouvrait le champ de possibilités in­soupçonnées jusque là;  en reliant entre elles les villes les plus éloi­gnées des terres connues, les routes avaient ouvert à l'homme, le champ illimité des investigations commerciales et industrielles.

L'âme des petites localités aussi changea, les gares furent bâties autour d'elles, un hameau se dressa ou s'agrandit, des étrangers s'y établirent, des emplois nouveaux se créèrent,  le fils du bûcheron se fit conducteur de machines et le fils du cultivateur devint mécanicien.

08:15 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.