09/04/2009

3.1 Histware / histoire

3.1 Histoire / Histware

 

3.1.1 Chronologie

 

3.1.1.0 Introduction

3.1.1.1 Epoque romaine

3.1.1.2 Moyen Age

3.1.1.3 Période autrichienne

3.1.1.4 Période française

3.1.1.5 Période hollandaise

3.1.1.6 De 1830 à 1914

3.1.1.7 De 1914 à 1918

3.1.1.8 De 1940 à 1944

3.1.1.9 Décembre 44 - janvier 45

 

3.1.2 Histoire religieuse

3.1.3 Démographie

3.1.4 Liste des bourgmestres de l’ancienne commune

3.1.5 Enseignement

3.1.6 Transport

3.1.7 Annexes

 

 

3.1.1 Chronologie

 

3.1.1.0 Introduction

 

RECUL DANS LE TEMPS… (Octave, 1983, 20)

 

 

L'imagination des hommes a toujours été fouettée par "les grosses pierres" brutes ou taillées. Les dimensions de certaines d'entre elles, ainsi que l'audace, la volonté et la somme de travail qu'il a fallu déployer pour les amener sur place et les édifier, les ont fait attri­buer à des êtres surnaturels, dieux, géants, fées, sorcières, diables.(1)

 

L'ERE MEGALITHIQUE

Les archéologues et les préhistoriens sont à peu près unanimes à fixer l'origine des monuments mégalithiques entre 1000 et 2000 ans antérieurs aux Gaulois.

Si beaucoup de problèmes soulevés par ces pierres ont reçu une solution qu'on admet définitive, certains restent non résolus, et les monuments mégalithiques gardent encore une grande partie de leur caractère mysté­rieux. Qu'appelle-t-on " mégalithe" ?

" Pierre brute ou légèrement dégrossie par les mains de l'homme". La plus simple de ces pierres est le " menhir", pierre de hauteur très variable placée verticalement dans le sol, parfois isolée, parfois à deux (jumelles) ou groupées (le groupement est appelé "cromlech") ou encore alignées: elles forment alors, un "alignement". Le "dolmen" est constitué d'une dalle horizontale posée sur plusieurs bloc de pierre. Tandel, dans "Les communes luxembourgeoises », signale " la béchue pierre" (bètchoûye pîre) (pierre pointue) sur le territoire de Michamps: pierre pyramidale disposée en guise de borne.

La "roche de Jon-Haye" (Rotche di Djon-Hé), appelée "trou des nutons" (Trau dès Nûtons), à la limite des com­munes de Noville et Longvilly, et d'où nous viennent les histoires de "nûtons".

De nombreux mégalithes sont assez connus dans les Ardennes: Pour n'en citer que quelques-uns:

Grand-Menil à 14 km de La Roche, "le chêne à la pierre" (en wallon : Tchin.ne à l’ Pîre).

Les trois menhirs d'Oppagne. La pierre Saint Hubert ou le menhir renversé à mi-chemin entre Marche et Waha. Le "Rocher de Fal-Hoth" (demeure de Faule) à Tavigny.

"L'allée couverte du Nord" à Weris, très remarquable.  "Au caillou" à Bertogne.

"Le Ferreux et "Rouge pierre" à Mont-le-Ban.

"Le dolmen de Tillet " autrefois connu sous le nom de "goet", taureau, pierre plate qui passait pour avoir servi, avant l'ère chrétienne, à des sacrifices humains (l)

Histoire : Le jeune guerrier arrivant le der­nier au conseil (…) était torturé et mis à mort. D'ordinaire le sup­plice consistait à lier la victime sur une grande pierre plate et ronde et à le faire écarteler par des taureaux excités.

 

(1) W. et M. BROU: Le secret des druides et Chaussées Brunehault.

 

(p.21) Mousny-lez-Ortho

Sur ce que l'on appelle le plateau de Rive et d'Ortho se trouvent les « Blancs cayaus » (« Blancs Cailloux"). Trois énormes blocs de pierre. Deux d'entre eux sont juxtaposés dans la direction Est-Ouest ; le troisième beaucoup plus gros domine le tout et est clivé en son milieu par une fente ver­ticale, véritable embrasure d'où l'on peut voir le soleil se coucher au SO, au solstice d'hiver. Autour de ces trois blocs, une multitude de blocs de même nature, mais de dimensions moindres, sont placés en cercle. Ce curieux site "druidique" était probablement un cromlech. Les blocs sont en quartzite blanc. (1)

 

Légende

La tradition veut qu'un berger avec ses deux chiens et ses mou­tons se trouvait là un soir lorsque passa un pèlerin exténué. Le berger refusant de partager avec lui sa pitance, lui jeta une pierre. Un éclair déchira les airs et le tonnerre se fit entendre. Berger et moutons, muets pour l’éternité avaient été changés en pierres. Le voyageur n'était autre que Notre-Seigneur qui, en pèlerin, allait honorer Saint Thibaut.

Et combien d'autres pierres anciennes, servant en quelque sorte de repères ou de poteaux indicateurs antiques ont existé, mais ont été détruites, réutilisées par les habitants à des fins diverses.

 

Bourcy fut-il habité à l'époque néolithique ? C'est un point que nous ne saurions éclaircir. Il est très difficile d'établir d'une façon certaine l'origine d'une localité.

A notre connaissance, on n'a jamais trouvé d'outillage en pierre dans la région.

 

(1) W. et M. BROU: Le secret des druides.

 

Avançons dans l'histoire au fil des siècles, avec, parfois, une halte plus prolongée à certaines époques, l'histoire locale étant toujours liée à l'histoire nationale. (Octave, 1973, 22)

 

Les empereurs romains jusqu'au Ve siècle.

Les rois Francs (Ve-VIIIe siècle)

Charlemagne, puis les petit-fils de celui-ci (Charles le Chauve, Lothaire et Louis le Germanique).

Notre région fut attribuée à Lothaire puis à Charles le Chauve.

De 963 à 1136: la Maison d'Ardenne.

Du XIe au XIIe siècle dynasties héréditaires :

Maison de Namur. Maison du Limbourg. Les Comtes de Luxembourg à partir de 1332.

Le Comté de Luxembourg est élève au rang de Duché de Luxembourg en 1354 par l'empereur Charles IV. Il s'étend de la Meuse à la Moselle et de l'Amblève jusque Metz.

En 1441, nous tombons sous la dynastie bourguignonne, puis nous nous retrouvons ensuite sous régime espagnol jusqu'en I715 (interrompu par de bonnes années sous le règne d'Albert et d1 Isabelle (I598-1621) morts sans descendance).

De 1715 à 1792, période autrichienne. De 1792 à la1815, période française.

De 1815 à 1830, période hollandaise. 1830 : indépendance.

11:09 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.