09/04/2009

1.1.4 Odonymes (noms de rues, de chemins) (à compléter)

1.1.4 Odonymes (noms de rues) (à compléter)

 

Même si, contrairement au reste de la Belgique, sauf également la commune de Bertogne, nos responsables communaux s’entêtent à ne pas donner des noms à nos rues,- avec les problèmes quotidiens que cela engendre -, la population de Bourcy possède des dénominations propres pour la plupart d’entre elles.

 

 

C-N

Rue du Ministère (rue partant du carrefour près des magasins Haan et conduisant aux écoles)

Voye do Ministêre (la)

 

C-E

Route de Clervaux

ou Rue de Moinet

Route di Clèrvau (la) ou Voye di Mwin.nèt (la)

 

N

Rue derrière l’Eglise

Voye drî l’ Èglîje

 

N

Rue du Cimetière

Voye do ç’mètîre

 

N

Route de Boeur

Route di Beûr

 

N

Route d’Hardigny

Route d’ Hardigni

 

C-O

Grand’ Rue

Chavéyes (lès)

La rue devenue rue principale de Bourcy depuis l'installation du chemin de fer, n'était autrefois qu'un sentier, "aux chanvées"(l732).On disait " monter lès chavéyes" (chavées, de "cava" creux, donc chemin creux entre deux ravins). (Octave,1973)

O

Route de Michamps

Route di Mîtchamps

 

 

 

NB

Anciennes routes :

La route pour aller à Hardigny, vers le Vieux Moulin, jusqu’au début du village d’Hardigny.

La route vers Boeur : par le cimetière actuel, puis vers ‘Baineux’ (cette route est supprimée) ; on passe près des étangs .

 

NB Une absurdité actuelle: l'utilisation exclusive de numéros au lieu de noms de rues et de numéros comme pratiquement PARTOUT ailleurs en Belgique.

On s' fout dès djins!

DSC03497

 

 

Illustration: cartes anciennes

2BorcicwaneroutediWiltzètd'Houfalîje

2Borcigdreuwe2
2Borcirouted'Hardigny
2BorciroutediMîtchamp3

2BorciroutediNovèye4
2BorciroutediNovèye5
2BorciroutediNovèye8
2BorciroutediNovèye9
2BorciroutediNovèye
2Borciroutedol'gâre
2BorciroutesdiMî&Novèye
2BorciroutesdiMîtchètd'Novdèviè1930

2Borcirowed'Hardigni

2009g

 

DSC01655

 

 

22:20 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

1.1.4.1 Odonymie (noms des rues, chemins, ...): illustrations (à compléter)

Z2rtediMîtchamp

22:18 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

1.1.5 Hydronymie

1.5 Hydronymie / Noms dès ruchês èt soûrdants (ruisseaux et sources)

 

1.5.1 Hydrographie

Plusieurs ruisseaux parcourent la localité. Le plus important est "li ruchê d’ Borci" (le ruisseau de Bourcy) qui prend sa source au nord de la ligne de chemin de fer (direction Michamps) traverse le bas du village derrière les maisons Krack et Abinet, dans les prés "su l’ pachis" ou "pré Colas", traverse la route de Noville où se trouvait jadis le lavoir, et continue sa course dans les prés appelés "Clôs Robêrt", où de mémoire d'homme à toujours existé une source qui n'a  jamais tari, même pendant les années de plus grande sécheresse (Le propriétaire actuel y a aménagé un étang.)

(p.2) Le ruisseau se trouvant gonflé par l'eau de la dite source, ainsi que par celle des petites ramifications de ruisselets situés de part et d'autre, continue son chemin en serpentant dans les champs jusqu'au lieu-dit « â Vèvî », vivier, où jaillit également une source très importante, et où, jadis, était situé le moulin de Bourcy, « li molin Houmèn’ ». En suivant la vallée en méandres (…), il descend ensuite vers Hardigny en contournant le rocher.                                

Jadis, un étang, actuellement comblé, se trouvait dans une prairie située à gauche dans le sens de la montée du chemin, alors chemin principal de Bourcy menant vers Moinet, derrière la maison Lifrange-Baltus. L'eau s'en écoulait en dévalant les prairies pour rejoindre dans le bas « li ruchê d’ Borci ».                                                                                                           

Entre Bourcy et Moinet, jaillissent également de nombreuses sources dont plusieurs sont situées dans les environs du « Bwès do Méstèr » (« Bois du Maister »). La Woltz le plus important ruisseau descendant vers le Grand Duché et le « ruchê d’ Monfwè » (« ruisseau de Monfoi ») qui prend sa source derrière la scierie actuelle, descend jusqu'aux « vèvîs Macâr » (les étangs « Macar ») et rejoint la Woltz.                                                                     

D'autres ruisseaux prennent aussi leur source entre Bourcy et Noville aux environs de l'ancienne voie romaine et elles alimentèrent jadis un grand vivier. (Octave,1973)

 

 

1.5.2 La Wiltz, les Wiltz, la Woltz

 

Certains auteurs affirment que le nom propre du ruisseau ou de la rivière "Wiltz, Woltz" a son origine dans le mot celtique "bialt", ce qui signifie "eau".(1) D'autres le mettent en relation avec le mot latin "vadum" qui signifie "gué", donc passage à travers l'eau. D'aucuns même suggèrent sa parenté au mot latin "villa", demeure d'un citoyen romain aisé.

Quoi qu'il en soit, dans le secteur compris entre Bastogne et Tavigny du côté belge, Bavigne et Basbellain dans le nord-ouest du Grand-Duché actuel, il y a quatre courants qui portent le nom de Wiltz, Woltz ou Weltzerbaach. Le plus grand et le plus connu est le ruisseau qui prend sa source à l'ouest de Bastogne (Hemroulle, Savy sur la ligne de partage des eaux des bassins rhénan et mosan) et au sud de Bastogne (ruisseau de Wachenaule, dans le bois d'Hazy).

La Wiltz, après un parcours de quelque 10 km du côté belge, entre au Grand-Duché entre Benonchamps et Schleif pour se jeter, après 35 km d'itinéraire dans les Ardennes luxembourgeoises, dans la Sûre à Göbelsmühle. Sur son parcours, elle touche les localités de Schleif, Winseler, Wiltz (Niederwiltz, Weidingen), Merkholtz-gare, Kautenbach et Göbelsmühle. D'ailleurs son parcours est suivi fidèlement - quelques rectifications et tunnels mis à part - par l'ancienne ligne de chemin de fer Bastogne - Benonchamps - Wiltz - Kautenbach - Göbelsmühle.

Son débit régulier, comportant bien sûr les variations annuelles dues à la fonte des neiges en hiver et aux périodes de sécheresse estivale, fait que la Wiltz se prête bien à l'installation de moulins à eau, indispensables à l'époque pour le farinage et, par endroits, pour le concassage de l'écorce de chêne utilisée pour le tannage des peaux. Les eaux de l'Ardenne sont très pauvres en calcaire, elles se prêtent bien à cet usage. Ce qui explique la présence de nombreuses tanneries avec Wiltz comme centre de gravité.

Le second par ordre de grandeur est le cours supérieur de la Clerve, qui prend sa source dans les "Sauerwisen" au-dessus de Huldange, et qui, augmenté de plusieurs petits affluents, passe par Trois-Vierges et descend vers Clervaux, où elle change de nom pour continuer comme "Clerve, Kliäreff " vers Kautenbach pour s'y jeter dans la "Woltz I" et continuer avec elle jusqu'à Göbelsmühle, pour y perdre son identité dans la Sûre.

Un des affluents de la Woltz II, la Trëtterbaach, a son origine en Belgique où, sous le nom de "Woltz", donc la Woltz III, il prend sa source à l'est de Bourcy, pour se faufiler à travers les maigres pâtures du plateau. Au passage de la frontière, la Woltz devient la Trëtterbaach, qui continue vers Troine (Tratten), Neimillen, Leresmillen, Aasselburermillen, Sassen et disparaître dans la Woltz, la future Clerve.

Enfin, il existe un petit ruisseau du nom de "Weltzerbaach", donc la Woltz IV, qui prend naissance au-dessus de Berlé et descend vers Bavigne au-dessous du Buergknapp au sud de Berlé et descend dans l'étroite vallée de la Béiwenerbaach qu'il rejoint pour nourrir le lac de Bavigne en amont du lac de la Haute-Sûre.

Joss Scheer.

 

(1) Voici l'explication donnée par Jean DEGRAVE

"Les Celtes en Luxembourg. Les noms qu'ils ont laissés" (Vie Archéologique, n° 62, 2004, p.33) "II y a peut-être un élément celtique dans le nom ancien supposé *wil-isa :

Ø      *wel.-/*wil, est une racine germanique au sens de "jaillir" et

Ø      *isa, une racine celtique, "eau, rivière". Nous aurions la "rivière jaillissante"."

 

(in : André Robert, Le moulin de Benonchamps (Vallée de la Wiltz) et autres moulins d’Ardenne, Cercle d’Histoire de Bastogne, 2007, p.106)

22:08 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

1.1.5.1 Hydronymie: li ruchê d' Borci / le ruisseau de Bourcy

5ruchê01687

22:06 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

1.1.5.2 Hydronymie: la Woltz (à l' ès' di Borci / à l'est de Bourcy)

511EBastBorciauxsourcesdelaWoltzdéBorci

22:03 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

1.1.6 Etymologie des noms de certains villages environnants

1.1.6 Etymologie des noms de certains villages environnants. (1)

 

nom d’origine en wallon

nom francisé

étymologie

Ratchamp

RACHAMPS

< « Rasus Campus », terre défrichée, champ raide escarpé.

Houfalîje

HOUFFALIZE

< « Alta Falisia », haute roche.

Beûr

BOEUR

< « Buer », terme germanique « Bur », source

R’cogne

RECOGNE 

< germanique « Krôkumnjô », champ des corbeaux.

Novèye

NOVILLE

< « Nuesville » < « Nova-villa », nouvelle ferme.

VAUX

Vallée

Longv’li

LONGVILLY

< « Longwelly », romanisation de « Langweiler » qui vient du germanique "lang" plus le latin "villare": "longue exploitation rurale", village plus long que large.

Mwin.nèt

MOINET

< « bois de hêtres », origine très compliquée:  - le nom allemand « bois de hêtres » aurait reçu l'épithète "welsch".

(NDLR Pourtant, en allemand, ‘bois de hêtres’ se dit « Buchenwald »…)

- il semblerait aussi qu'un primitif "fayenet", bois de faines, ait été modifié en "fwèyenè" et de là "mwèynè" en "Moinet" (NDLR : d’abord en wallon : Mwin.nèt.)

- ou suivant les notes de M. Delafontaine:

moin (celtique) = marécage.

Mîtchamps

MICHAMPS

Il semble par déduction qu'on puisse l'expliquer par " au milieu des champs" ou " regarde les champs". (…)

Oûborci

OUBOURCY

Souvent écrit dans le passé « Obourcy »: haut, élevé, sur la hauteur, par oppo­sition à Bourcy, dans un lieu bas.

Oritine

HORRITINE

- « or », lieu élevé, « rit » ruisseau, ainsi ruisseau venant des hauteurs ;

« -ine », de « -igny », habitation.

- ou bourbier: terre marécageuse.

En 1751 est signalé un étang situé au lieu appelé « Oritine », proche du village de Michamps. (Archives de l’Etat, Arlon)

à l’ Hé

AL HEZ

(ou « â Potau » (au Poteau)) 

one hé : en wallon, colline boisée

 

(1) A.CARNOY: Dictionnaire étymologique

21:58 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

1.2 Antroponimîe / anthroponymie

1.2 Anthroponymie

 

 

1.2.1 Noms de famille / Noms d’ famile

 

ORIGINE DES NOMS DE FAMILLE (Octave,1973,16)

 

Nos ancêtres n'avaient qu'un prénom. Il résulte donc que les noms de famille, dans leur origine ne sont, les uns que le nom propre du père employé par distinction, les autres sont dus à une situation, au lieu d'habitation ou d'origine, ou sont tirés d'une profession.

L'attribution du nom dérivait bien sûr de la nécessité de distinguer les individus.

Tous ces noms de famille dérivant de causes diverses sont écrits de nombreuses manières différentes, selon le temps, la langue et le dialecte des villages.

D'autres catégories sont tirées d'une qualité physique, morale ou d'un défaut de la personne, un surnom, voire un métier, voire un nom de localité.

Les noms de famille n'ont été fixés qu'au XVIe siècle. Ces noms et surnoms devenus noms de famille formèrent une sorte de propriétés transmissibles aux descendants. Les surnoms étaient, quel­quefois, ancrés à ce point dans les moeurs qu'ils se transmettaient de génération en génération et que les noms de famille s'oubliaient.

Le nom patronymique est l'équivalent du nom de famille par opposi­tion au prénom. Le matronyme est le terme qui désigne le nom transmis par la mère ou l'aïeule. Quelques exemples:

Noms d'origine: Lallemand, Deliège, Dardenne, Lempereur.

Noms d'origine venant d'un prénom: Les Mathieu, Martin, Lambert, Jacques, Antoine, Octave, etc.

Noms de localité: Bertogne, Bastogne, Defoy, Dechamps, Debras, etc

Noms de lieu: Dujardin, Dussart, Dumont, Dulac, Duplicy,

ou suivant la profession;le métier: Boulanger, Meunier, Lemaire, Balbeur.

suivant les surnoms ou sobriquets: Hardy, Legrand, Lepetit, Beaujean, Bonjean, Lebrun, Lerossay, etc

suivant les surnoms de parenté: Parent, Legendre, Lefils, Lefrère.

suivant les sentiments: Leplora, Souké

 

Reprenons l'origine de quelques noms de Bourcy (1) :

Abinet: Albinus – Aba : père (racine ayant servi à former des noms de baptême)

Calay: coquet

Collin: Col même origine que Abinet

Charneux: viendrait de char-charron (profession)

Brévers: Brouwer(s) brasseur ou forme allemande Bräuer altéré en Bréver

Bourg: provenance d'une agglomération séparée du village

Deumer: latinisation plaisante de "Thieu"-"dieu"

Baltus: soit latinisation de Balte (Bauduin) ou de "Balteû "attrapeur"

Dassenoy: d'Assenois

Dufourny: du fournil (boulanger)

Duplicy: du puits

Dussart: du sart (lieu essarté)

 

(1) Eug. VROONEN et A.CARNOY. Origine des noms de famille.

 

(p.16) Godefroid : racine germanique "god" : dieu ou prénom

Haan: provenance d'un lieu dit" Au coq" ou d'une caractéristique morale, coquet, vaniteux.

Haag: haie, bois, bosquet

Henquinet: Halkinet (en wallon: halkineû) a sans doute été le sobriquet d'un irrésolu.

Krack: de car (physique-force) homme fort

Lassine: le cygne,

Maquart et Maquet: origine de profession : forgeron ou provenance d'un département

Octave: nom propre d'origine romaine: prénom Octave qui veut dire huitième.

Parmentier: fabricant de parements

Parent: relation familiale

Peeters: pierre

Picard: provenant de Picardie

Schaak: au XVIIe siècle : Chaque

Wagner: Wâgneû ( le gagneur) ou racine germanique, de Wagen : chariot ou voiture.

Wirard: racine germanique avec changement: bois.

 

 

NB : Un site internet a recensé vos noms de famille dans toute la Belgique.

Vous pouvez également y lire le nombre de personnes qui portent votre nom.

 

www.familienaam.be

 

Le site est en néerlandais mais ne pose aucune difficulté d’utilisation.

Cliquez aussi les noms de famille « Borcy », « Bourcy », …

 

1.2.2. Sobriquets / Spots (en wallon)  (à compléter)

 

Il était d’usage d’appeler les gens par leur surnom (parfois amusant, parfois déplaisant).

Cette coutume persiste actuellement parmi certains jeunes.

 

Place

Spots

Djin

 

 

 

Borci

Râye-mès-fièrs

(…)

Borci

Tchikèt

(…)

Borci

Doudou

(…)

Borci

Pimpin

(…)

Borci

Poulèt

(…)

Borci

Boula

(…)

Borci

Nols

(…)

Borci

li R’nâd

Abinet Constant  (litt. le renard)

Borci

Botchî (amon l’)

Annet Maurice  (litt. boucher)

Borci

Botchî (amon l’)

Geuzaine Antoine ; Geuzaine Maurice (litt. boucher)

Borci

la grande Anjèle

Piron Angèle

Mîtchamps

Pîds-o-cofe

(…)

Mwin.nèt

Tchârlî (amon l’ )

Spoiden (…) (litt : charron)

 

 

Blasons populaires

 

Borci / Bourcy

lès Cous d’ bari

‘les culs de baril’

Mwin.nèt / Moinet

lès Lumeçons

‘les limaçons’

Mîtchamps / Michamps

lès Bês-Èfants

‘les beaux-enfants’

Oûborci / Oubourcy

-

(gentilé : ) lès djins d’ Oûborci (‘les gens d’ Oubourcy’)

Longvilly

lès Pochelons

‘les porcelets’

21:55 Écrit par justitia & veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |